Extensions en bois pour les centres urbains, le défi de demain…

 

Nous ne le dirons jamais assez Metsä Wood est une entreprise qui regarde vers l’avenir…

 

Cette entreprise connue pour son KERTO a lancé  un défi à la nouvelle génération d’architectes qui vont bientôt rentrer sur le marché de l’extension intelligente et responsable.

 

Le concours lancé par Metsä Wood a encouragé les architectes du monde entier à concevoir des extensions en bois pour les centres urbains. Les participants issus de 40 pays ont proposé des solutions à base de bois afin de relever le défi de l’urbanisation.  Les jeunes architectes du monde entier, pour le concours « La ville au-dessus de la ville », ont été novateurs et très imaginatifs.

 

Les concepts gagnants ont été ceux destinés à New York, Shanghai et Tampere (Finlande).

 

Des architectes issus de 40 pays ont proposé leur Plan B pour faire face aux problèmes d’urbanisation en utilisant le bois (Kerto® LVL – lamibois) comme matériau principal. Leur mission : concevoir une extension en bois pour un bâtiment urbain existant. Les propositions concernaient 69 villes dans le monde, dont Sidney, Shanghai, New York, Berlin, Paris et Londres. Ce concours était organisé par Metsä Wood.

 

« La construction doit devenir durable, tout en garantissant aux villes de rester vivables. Je suis fier de savoir qu’autant d’architectes partagent ce point de vue, en particulier dans la jeune génération », a déclaré Michael Green de MGA Architects, qui présidait le jury. « Les propositions reçues étaient innovantes et apportaient de la valeur ajoutée à la fois aux bâtiments et à la communauté. »

Réalisation d'un bâtiment public par MAD

Depuis 2004 la ville d’Antony met à la disposition du Théâtre Firmin Gémier en permanence un terrain stabilisé et viabilisé pour l’installation de chapiteaux dans le quartier Pajeaud, rue Georges Suant. Il s’agit d’un espace de 4400 mètres carrés, sécurisé, permettant d’accueillir le chapiteau et les caravanes d’une équipe en résidence.

Pour ses 10 ans d’existence (en novembre 2014), l’espace chapiteaux d’Antony a souhaité faire construire un bâtiment d’accueil du public, composé de la billetterie et des sanitaires accessibles au public, ainsi qu’un pôle artiste, en fond de parcelle, composé d’une salle de réunion, de sanitaires/loges et d’une buanderie accessible principalement par les artistes en résidence…

Le projet a été élaboré en structure modulable.

Les constructions réalisées avec des containers répondent aux prouesses techniques réalisées par les artistes de cirque, en perpétuel recherche d’innovation et déjouant bien souvent les lois de la gravité.

Batiment d’Accueil Publique (100m²) et Batiment Artiste (100m²) sur l’Espace Cirque d’ANTONY , Scène Nationale des arts du cirque

Programme & Equipement
Localisation : Antony
Maitrise d’oeuvre Atelier : MAD
Maitrise d’ouvrage : Communauté de commune des Hauts de Bièvres
Shon : 2*100m²
Coût HT : 200 000€
Calendrier :  Livré en Octobre 2014
Création de deux bâtiments en structure modulaire métallique

Espace cirque de la ville d'Anthony par MAD      Espace cirque construit par MAD à Anthony

Le bâtiment B ouvrira ses portes au grand public jeudi 30 mai.

Ce lieu accueille dans les étages les bureaux d’Atlanbois, de l’ONF, de l’UNIFA et du FCBA, le rez-de-chaussée est, quant à lui, dédié à l’information sur le bois et les entreprises régionales, il est ouvert au public du mercredi au samedi de 14h à 18h.

 

Pour son ouverture, le bâtiment B présentera l’actualité du bois en région : l’utilisation du bois et son impact positif sur les forêts, des exemples de construction bois en Pays de la Loire, quels sont les différents combustibles bois-énergie, information sur le bâtiment B et les différentes essences utilisée pour sa construction.

 

Seront également accessibles une matériauthèque avec des échantillons de bardage, de bois de structure, de terrasses, de lambris, de parquet, de panneaux…, plus de 300 livres et revues spécialisées sur le bois, une xylothèque où vous pourrez toucher et découvrir les différentes essences de bois. Un centre de ressources informatiques où vous trouverez de la documentation sur la construction bois mais aussi sur les métiers du bois…

 

Bâtiment B
15, boulevard Léon-Bureau
44200 Nantes

Tags article :

En septembre dernier, la ville de Gand (Belgique) a inauguré sa halle de ville sur la place Émile Braun au cachet médiéval. Le bâtiment à l’allure très contemporaine n’a pas fait l’unanimité auprès du grand public.
Le plan de la construction a été réalisé par le bureau d’architecture renommé Robbrecht & Daem. À l’avenir, la ville de Gand veut utiliser ce lieu comme décor pour de grands événements, concerts, manifestations de danse et marchés.

Avec ses 2 toits pointus, la halle de ville enjambe une surface de 40 mètres sur 15 et repose sur 4 socles en béton. Les bâtiments de la place autour se reflètent dans le revêtement en bois, tant du plafond que des façades et des toitures du bâtiment. Le bois des toitures est protégé par une couche de tuiles en verre. Pour l’habillage interne de la construction un total d’environ 2 500 m2 de chêne européen a été utilisé.

Pour sa réalisation, le projet a pu compter sur le spécialiste du bois Carpentier Hardwood Solutions à Meulebeke. Stefan Vander Stichele, le chef d’entreprise de CHS : ”Lorsque le maître d’ouvrage a frappé à notre porte, le projet nous semblait un boulot presque irréalisable. Nous devions disposer de 100 m3 de chêne sans défaut et de dimension peu courante, soit 32 mm sur 160 mm. Grâce à nos bonnes relations avec des propriétaires de bois, nous avons réussi à acheter les grumes de sciage nécessaires. Ces grumes ont été sciées sur-mesure puis séchées. Ce processus a pris des mois. Maintenant, cette difficile mission a abouti avec succès et c’est avec une certaine fierté que nous pouvons présenter le résultat final !”

Depuis plus de 50 ans, Carpentier est le spécialiste du chêne européen. Pour sa production, dans 70 % des cas, Carpentier fait appel aux forêts européennes respectant les normes de la gestion forestière durable. Ceci contraste violemment avec d’autres fabricants qui choisissent résolument le bois dur exotique dont la provenance est souvent plus fantomatique.

Emilie Dubois

halle-chene_1
halle-chene_2
halle-chene_3
halle-chene_4
halle-chene_5

www.carpentier.be

Le plus haut chantier d’Europe pour le nouveau refuge du Goûter reprend début Juin.
Perché à 3 835 m d’altitude sur la voie d’accès au Mont Blanc, le nouveau refuge du Goûter est un bâtiment écologique, technologique avec une autonomie optimale. Il appartient à une nouvelle génération de bâtiments intégrant des technologies énergétiques de pointe (capteurs solaires, photovoltaïques et thermiques, fondoir à neige, traitement des eaux usées…) et des cibles de haute qualité environnementales (HQE) pour assurer une parfaite autonomie énergétique. Son architecture ovoïde surprenante est conçue pour s’intégrer sur un plan esthétique et technique à toutes les contraintes climatiques d’un environnement où les vents moyens avoisinent les 240 km/h. Ce refuge unique au monde ouvrira ses portes en juillet 2012.
Suspendu depuis le 13 octobre 2010, en raison des conditions climatiques hivernales, le chantier du nouveau Refuge du Goûter va reprendre le 4 juin prochain, dés que la phase de déneigement aura été réalisée. De juin à octobre 2011, les équipes auront pour mission de construire les quatre niveaux de la structure bois, préparée en vallée chez les charpentiers, poser l’enveloppe et la vêture inox afin de mettre le bâtiment hors d’eau et hors d’air. Le timing est très précis car un tel chantier à 3 835 m d’altitude impose des contraintes de temps et de météo.
Raymond Courtial, Vice-Président à la FFCAM (CAF) en charge du patrimoine bâti et du projet : « Sur un tel chantier comme en montagne en général, il faut apprendre à être humble : tenir compte des aléas climatiques, résister au froid avec des -15°C certains matins, aux rafales de vent qui peuvent dépasser les 250 km/h, ainsi qu’à la neige qui nous ralentit».

Calendrier du chantier.

23 Mai : déneigement du chantier
15 Juin : pose des premiers éléments bois puis de la vêture inox.
4 Juin : réouverture du chantier.
Fin Octobre 2011 : bâtiment hors d’eau, hors d’air.

Ce chantier exceptionnel par sa situation, son altitude et par la nature du bâtiment représente un investissement de plus de 6,5 millions d’euros financés en grande partie par le CAF.
Le nouveau refuge du Goûter est avant tout au service de l’alpinisme pour accueillir au mieux les alpinistes du monde entier. Il offre à chacun une idée positive et valorisante de la montagne et de l’alpinisme. Ses qualités environnementales exceptionnelles sont la première étape d’une réflexion pour préserver la montagne et qui engagent tous les acteurs : amateurs, professionnels, communes et collectivités du massif du Mont Blanc.
Le Club Alpin Français a pour mission d’intérêt général, l’entretien et la gestion de plus de 100 refuges en France. Chaque année, les refuges du Club Alpin français hébergent ou accueillent plus de 1 million de personnes. Le Club alpin français, fort de ses 82 000 adhérents et de ses 290 Clubs répartis dans toute la France, a aussi pour mission de favoriser la découverte et la pratique de la montagne pour tous les publics et en particulier pour les jeunes.

www.refugedugouter.fr

Retrouvez aussi :
Mont-Blanc : refuge structure bois pour 2012



La société Atout bois en collaboration avec GECCO a livré en septembre dernier une école complète de 575 m2 construite en 4 mois seulement grâce à la préfabrication de modules en ossature bois.
L’ensemble provisoire composé de 10 bâtiments dont 6 salles de classe est destiné à être démonté l’été prochain pour intégrer l’école définitive qui sera construite durant l’année scolaire 2010-2011.
La préfabrication 3D en ossature bois a permis d’optimiser la qualité de fabrication, de réduire fortement les délais et l’impact sur le chantier, et d’abaisser les coûts à environ 1100 euros HT du m2 (fondations comprises, mais hors ventilation).
La préfabrication de modules 3D en ossature bois démontre son double avantage :
* construction modulaire : transformable, transportable
* ossature bois : performances et durabilité élevée, impact environnemental faible

maison-bois-montpellier.fr



La station des Plantins de Beynes se situe au coeur d’un site remarquable, bordé par une zone de fouilles archéologiques au Sud, et des terrains agricoles au Nord. Le parti architectural vise à créer un dialogue avec l’espace rural environnant, en respectant l’équilibre biologique en place, et en intégrant par son traitement architectural et paysager le bâtiment d’exploitation : volumes, hauteurs et revêtements permettent d’harmoniser les nouvelles constructions avec l’environnement immédiat.
La motivation du maître d’ouvrage est de vouloir une station d’épuration innovante et exemplaire dans la démarche de haute qualité environnementale et c’est dans cet objectif que « AR ARCHITECTES » a conçu ce projet.
Les avantages de cette station d’épuration sont non seulement bénéfiques à l’environnement mais aussi pour ses habitants et pour la préservation du paysage où elle s’intègre.


Le Refuge du Goûter sera construit à 3835 m sur une voie d’ascension du Mont-Blanc empruntée chaque année par des alpinistes venus du monde entier. Il sera implanté sur un terrain communal de St-Gervais à 200 m du refuge actuel. Il se substituera au bâtiment principal de 1960, vétuste et au fonctionnement à fort impact environnemental, qui sera démonté.
L’architecture ovoïde du projet a été dessinée pour s’intégrer sur un plan esthétique et technique aux contraintes de l’environnement. La structure sera en bois français local. L’enveloppe extérieure métallique sera composée de pièces en inox, conçues pour résister à des vents moyens de 240 km/h et aux écarts thermiques. Ses facettes, comme celles du Mont Blanc s’éclaireront alternativement, au rythme de la course du soleil.
Au c?ur du projet, la structure bois en essence de sapin ou épicéa, représentera un volume d’environ 400 m3. Afin de limiter les émissions de CO2 liées au transport, le bois sera d’origine locale, si possible de St-Gervais qui bénéficie du label PEFC pour la gestion durable de ses forêts. La traçabilité sera clairement identifiée par des ingénieurs, idéalement entourés dans une démarche citoyenne, par des
écoles et enfants qui iront sur place marquer le bois. Celui-ci sera ensuite débité, transformé, collé et taillé par des entreprises locales.
La technologie utilisée est un astucieux compromis entre construire le plus légèrement possible tout en reprenant les efforts très importants liés aux charges de neige et de vent, ceci pour économiser au maximum les rotations d’hélicoptère et l’empreinte sur l’environnement.
Ainsi, la structure est en lamellé collé de classe GL 28 dont la résistance permet de réduire les sections et le poids de l’ensemble. Les assemblages se feront au moyen de tiges encollées par scellement de résine. Toutes les colles utilisées seront exemptes de formaldéhydes et biodégradables. Les planchers bois seront formés par des caissons creux légers, faciles à manutentionner.
L’isolation des façades et toiture sera réalisée en panneaux de fibres de bois recyclées. Cette isolation qui est l’une des plus performantes du marché, accumule la chaleur la journée et la restitue doucement la nuit. La vêture sera en inox gris brossé à faible réflectivité. Les menuiseries extérieures bois-métal seront à triple vitrage avec lames d’argon.
Par sa dimension et son altitude, le Refuge du Goûter représente une opération d’envergure, dont la construction débutera été 2010 pour réception des travaux et inauguration des locaux en juin 2012.
www.nouveaurefugedugouter.fr


L’entreprise Sciages et Parpaings Bois du Limousin (SPBL), société de Thierry Farges située à Égletons, a été détruite en 2 heures de temps par un incendie dû à un flash électro-magnétique (source expert) dimanche 27 juin dans l’après-midi. Un impact de 600 000 000 de volts a touché l’usine par le sol, la dalle béton de 30 cm et les armoires électriques ont explosé. S’en est suivi un embrassement qui s’est propagé à la station de traitement à l’huile. 12 salariés sont mis en congés puis en chômage technique.

Toute l’équipe d’Éco Maison Bois apporte son soutien total à son ami Thierry Farges.

0