Constructeur de maisons bioclimatiques, Maisons Bébium souhaite ouvrir 10 agences en 2017

Trois ans après avoir lancé l’enseigne en franchise et fort de 33 agences, Maisons Bébium poursuit sa croissance avec pour objectif d’étendre son maillage du territoire national. En 2017, le réseau souhaite ouvrir une dizaine d’agences supplémentaires, avec pour zone prioritaire, les régions Centre-Val de Loire, Pays de la Loire et Bretagne.

Créé en 2013, par Hubert de Beaulieu, le réseau Maisons Bébium fait partie intégrante du groupe IBF (Immo Bois Finances) et bénéficie ainsi de plus de 20 ans d’expérience dans la construction de maisons individuelles. Son leitmotiv : concevoir des maisons bioclimatiques accessibles à tous.

Avec sa gamme Optima, Maisons Bébium propose une large gamme de maisons neuves individuelles bioclimatiques à prix concurrentiels et conformes aux nouvelles normes thermiques. Grâce à un coût de construction contrôlé et au concept clés en main, les maisons Maisons Bébium s’adressent à une large clientèle de primo-accédants mais séduisent aussi les investisseurs, en quête de revenus locatifs.

DEUX MODES D’IMPLANTATIONS, DEUX PROFILS
La franchise Maisons Bébium propose deux modes d’implantation en fonction du profil, du secteur géographique et de l’orientation recherchée par le futur franchisé

plus d’informations sur www.maisons-bebium.com

La membrane a un double objectif :
EN HIVER, quand il fait plus chaud à l’intérieur qu’à l’extérieur, la vapeur peut s’écouler de l’intérieur vers l’extérieur.
L’humitidé relative est généralement assez faible en hiver. Le film de copolymère de polyéthylène devient plus fermé, agissant alors comme un pare-vapeur. Ce phénomène assure une transmission quasi inexistante de vapeur d’eau dans la structure isolante pendant la saison froide, et évite ainsi le risque de condensation.

EN ÉTÉ, la vapeur d’eau provient généralement de l’extérieur vers l’intérieur et l’humidité relative de l’air est élevée aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.
Le film de copolymère de polyéthylène s’ouvre alors et la vapeur d’eau peut s’écouler de l’extérieur vers l’intérieur car le film devient perméable à la vapeur d’eau.

 

Pour faire face à une demande croissante, STEICO LVL lance une nouvelle ligne de production.

Mise en service en janvier la nouvelle ligne tourne à plein régime afin de continuer à respecter des délais records de livraison.

Le Steico LVL c’est quoi ?

STEICO LVL est constitué de plusieurs  placages de résineux de 3 mm d’épaisseur collés entre eux. Ils sont purgés de leurs  défauts structurels, ce qui permet d’obtenir  un produit homogène extrêmement solide

Ce nouvel investissement de Steico permet à l’entreprise de fournir des produit plus résistants et encore plus stable au niveau dimensionnelle.

Montants d’ossature, planchers bois, cloisons, poutres en i, le STEICO Lvl, c’est un produit qui remplace le lamellé collé avec une qualité bien supérieure.

Tags article :

Faciliter le travail sur chantier, optimiser l’isolation et les performances énergétiques et environnementales du bâti, Pavatex solutionne ces différentes problématiques en mettant sur le marché sa nouvelle gamme PAVAWALL, la solution de référence biosourcée pour l’isolation thermique par l’extérieur.

Plus lisible, plus performante et plus économique, la nouvelle gamme PAVAWALL a été conçue pour s’adapter à tous les types de supports constructifs, de la maçonnerie jusqu’à l’ossature bois.

Elle est entièrement fabriquée en France dans la nouvelle usine ultra-moderne de PAVATEX (groupe SOPREMA) située au coeur des Vosges. Le procédé de fabrication par voie sèche permet la production de panneaux homogènes de très haute qualité avec des épaisseurs pouvant atteindre 240 mm pour assurer une protection thermique hiver comme été et une isolation phonique exceptionnelle.

La haute performance environnementale de la nouvelle gamme PAVAWALL est garantie par la certification ISO 14001 du site de production, l’utilisation de ressources renouvelables en circuit court et le stockage pérenne de CO2 contenu dans les panneaux de fibres

Pour découvrir le Pavawall Smart et le Pavawall GF rendez-vous sur www.pavatex.fr

Ce projet de construction de maison individuelle en R+1 est une des premières maisons en cours de certification BEPOS-Effinergie 2013 en France.
Cette maison témoin se caractérise par une enveloppe en ossature bois avec une isolation entre montants complétée d’un doublage intérieur. En parallèle, les combles bénéficient de 45 cm de laine minérale soufflée afin de limiter les pertes thermiques par la toiture. Les baies, orientées principalement au Sud, sont des doubles vitrages avec lame d’argon et sont montées sur des menuiseries en aluminium à rupteurs de ponts thermiques. Les surchauffes estivales sont minimisées grâce à des débords de toitures et la présence de brises-soleil.
Côté équipement, une solution innovante, de système de ventilation double flux thermodynamique avec récupération de calories du poêle à bois granulés, permet le chauffage de la maison. L’émission de chaleur est assurée par des bouches de ventilation dans chaque pièce et par le poêle à bois. En parallèle, un ballon thermodynamique a été installé et permet la production d’ECS. Enfin, plus de 25 m² de panneaux photovoltaïques contribuent à l’obtention du label BEPOS-Effinergie 2013.

Maître d’ouvrage SCI Prestige

116 rue des Bauxites – 13210 Saint Rémy de Provence – prune@maison-eco-nature.com – 04 79 52 22 22

  • Architecte : Maison Econature – 11 chemin du moulin – 73100 Grésy sur Aix – prune@maison-eco-nature.com – 04 79 52 22 22 – www.maison-eco-nature.fr

La société Bodart & Gonay présente son nouveau foyer bois, le Infire 800 Green.
Avec son principe de combustion, ce foyer nouvelle génération ne rejette que 0,02% de CO. Son rendement quand à lui atteint 75,5%.
Son étanchéité parfaite lui permet d’être homologué maison passive.

Ce foyer est équipé de ventilateurs centrifuges dont la puissance permet de répartir rapidement la chaleur. Les buses d’évacuation et un clapet pivotant offrent la possibilité d’orienter la chaleur vers d’autres pièces.
Et le système de prise d’air extérieur garanti aucune entrée d’air froid.

Concertant l’aspect esthétique du foyer, trois types de cadres sont disponibles (30 ou 40 mm, sur 3 ou 4 côtés). Vous pouvez également choisir le type de façade : métallique traditionnelle ou vitrée contemporaine.

Caractéristiques :
Dimensions de la face avant : 801 x 621 mm (cadre 4 mm 4 cotés)
849 x 670 mm (cadre 30 mm 4 cotés)
879 x 640 mm (cadre 30 mm 3 cotés)
Dimensions de la vitre : 665 x 384 mm
Poids : 130 kg
Taux de CO : 0,02%
Garantie 6 ans
Prix : 3 053 euros

Pour plus d’infos, cliquez ici.

Homaïa, constructeur de maisons bioclimatiques, organise une journée portes ouvertes, le samedi 23 juin.
Cette journée se déroulera à Le Vigan (46), dans une maison livrée par Homaïa en janvier dernier. Il s’agit d’une maison à énergie positive, écologique et économique.

Vous êtes invités à venir découvrir :
– son isolation renforcée,
– sa toiture photovoltaïque,
– son récupérateur d’eau de pluie,
– ses puits canadiens,
– sa ventilation mécaniquement contrôlée double  flux.

Cette visite vous permettra de répondre à la question « Comment vit-on dans une maison passive ? »

Programme :
10h30 ? Café de bienvenu
11h ? Visite et mode construction
11h30 ? Retour d’expérience du client
12h30 ? Point sur le matériel installé
13h ? Buffet champêtre

Rendez-vous sur place le samedi 23 juin à 10h30 :
Lieu-dit La Molière – 46300 Le Vigan

Pour participer à cette journée portes ouvertes, vous devez vous inscrire au plus tard le 21 juin en cliquant ici.
Ou par mail à info@homaia.fr ou par téléphone : 05 62 20 97 59 / 06 76 02 35 99

Écologique, faible consommatrice d’énergie et architecturalement définie selon les contraintes de la parcelle sur laquelle elle a été construite, cette maison basse consommation passive à Mornant dans le Rhône plait à ses propriétaires par sa simplicité.
La particularité du terrain exigu de 400 m2 avait mené les propriétaires à un premier projet non abouti avec un autre architecte. Puis Carole Mathevon de Link Architectes a su tirer parti des contraintes de la parcelle imposée. « Ce délai entre les deux dessins nous a permis de repenser totalement notre projet, confie le propriétaire : nous voulions avant tout une maison passive. » Or Carole Mathevon est une spécialiste dans ce domaine. « Mes clients voulaient une maison la plus écologique possible et n’avaient aucun a priori sur une forme architecturale du bâtiment.» …

Retrouvez le reportage complet de cette maison dans le hors-série n°6 d’Eco Maison Bois « La guide de la maison BBC, passive, minergie, positive ».

Informations pratiques :
Architecte : Carole Mathevon, Link Architectes
Constructeur : Maison Eau et Soleil, DULAC
Année de construction : 2008
Surface habitable : 143 m2 (120 m2 + buanderie et garage)
Prix : 257 000?

rivoire_1
rivoire_2

Texte : Lise Bertron
Photos : Fabien Delairon

À lire également :
Maison bois finlandaise
Maison bois massif en Finlande
Maison bois rectangulaire en Californie
Maison ossature bois en Savoie

Dans le cadre du Solar Decathlon Europe Madrid 2012, compétition internationale lancée en 2002 par le département de l’énergie des États-Unis, qui aura lieu au mois de septembre prochain ; l’équipe Aquitaine Bordeaux Campus, après le succès rencontré par le projet Napevomo en 2010, a engagé son nouveau défi pour cette édition : Sumbiosi.

Alliant l’architecture bois et l’architecture bioclimatique à l’ingénierie des bâtiments à énergie positive, le projet Sumbiosi (issu du grec sumbiosis, signifiant la relation intime et durable entre deux organismes) cherche à consommer le moins d’énergie possible tout en minimisant les impacts environnementaux.

Ce projet allie plusieurs technologies issues des partenaires industriels et des centres de recherche, avec notamment :
une enveloppe très performante : avec l’utilisation d’un bois local : le pin maritime. Des isolants naturels (laine de mouton, fibres de bois?) sont utilisés et adaptés aux systèmes constructifs de la maison.
l’autonomie énergétique : l’énergie solaire photovoltaïque et thermique est utilisée pour produire sa propre électricité et ses besoins calorifiques.
Mais aussi : une domotique intelligente, la ventilation hybride associant un bloc « VMC » complètement piloté et une circulation naturelle et un système d’irrigation du mur végétalisé et du jardin.

Retrouvez toute l’actualité du projet Sumbiosi : www.sumbiosi.com

À 1 200 m d’altitude, la maison est implantée sur le versant ensoleillé de la haute vallée du Champsaur. Le terrain est très en pente, mais il offre une vue remarquable sur les sommets alentour dont certains culminent à 2 500 m. Le projet d’habitation est confié à l’architecte Romuald Marlin. Depuis plus de 29 ans, ce spécialiste de la maison bois, bioclimatique et économe en énergie, compose avec le territoire des Hautes-Alpes.

 

auteur : Laurence Reudes – photos : Patrick Blanc

Christian et Dominique ont découvert la région, il y a plusieurs années. À l’aube de leur retraite, ces Parisiens ont tourné le dos à la capitale pour s’installer au plus près de la nature, dans un environnement à la fois rude et majestueux. Leur maison, ils l’ont voulue respectueuse de cette nature, insérée dans le paysage. Leur démarche les a menés vers une construction bois, tout naturellement.
L’étude de terrain met au jour une moraine glacière. Une configuration qui nécessite d’asseoir l’habitation sur un radier, puis de couler un coffrage de béton afin d’affranchir la maison de la pente à 15 %. Ce sous-sol, de 90 m2 de surface, va se révéler bien pratique pour abriter garage, atelier technique et silo à pellets. La structure du volume habité est en bois d’épicéa et lamellé-collé de douglas (issu du centre de la France), et revêtue d’un bardage de mélèze. Elle repose sur la dalle béton/couvercle du coffrage et se poursuit, en rez-de-chaussée, par une terrasse de mélèze sur pilotis fondés.
De forme rectangulaire au nord avec une belle longueur de 12,60 m sur deux largeurs de 6,10 m, l’habitation gagne en originalité sur la façade sud, avec une longueur aux angles brisés. Ainsi, comme ramassée sur elle-même, plus compacte, la maison gagne en efficacité thermique.
La fibre de bois croisée dans les murs peut être décomposée en 1 couche de fibre souple par-dessus laquelle sont posés des panneaux de fibre. Comme il n’est pas possible de peindre ou de coller du papier peint dessus, les panneaux ont été recouverts d’un enduit en pigments d’argile traité mêlé à de la paille. D’où un confort supplémentaire et une esthétique très réussie aux yeux des propriétaires. Le plafond en épicéa sert, à l’étage, de support à une chape allégée sur lequel est posé un parquet flottant.

 

À l’étage, côté bureau/espace de loisirs, une porte-fenêtre équipée d’un garde-corps en barreaux de bois, et épaulée de fenêtres trapèze fixes, plonge la pièce dans la lumière, et dans le paysage.

Dans cette chambre de 22 m2 sous les toits, la lumière pénètre de partout.

Au rez-de-chaussée, la cuisine orientée à l’est se prolonge par une pièce à vivre de beau volume (43 m2). À l’ouest, derrière une cloison de rangements, la chambre du couple jouxte une salle d’eau de 7 m2. L’étage est réparti entre deux chambres avec salle de bains et sanitaire et un bureau spacieux. Originalité due à la forme de la toiture à facettes et pans coupés : toutes les pièces sont des triangles plus ou moins parfaits. « L’eau chaude est fournie par un chauffe-eau solaire individuel dont les deux capteurs sont installés, au sud, au pied de la maison. »

L’architecte a joué sur l’exploitation naturelle des rayons du soleil comme source de lumière et comme apport de chaleur : c’est ainsi qu’il a installé tout un pan de baies vitrées sur la façade sud, et derrière la baie centrale la plus longue, un mur capteur en trois parties. Composés de moellons en aggloméré de ciment remplis de béton de chaux, d’une lame de quelques centimètres d’air et du triple vitrage à faible émissivité de la baie vitrée, ces murs de 30 cm d’épaisseur sur 1,20 m de hauteur emmagasinent la chaleur solaire pendant la journée puis la restituent en soirée, lors du déphasage. Les propriétaires ont choisi d’y associer une chaudière à pellets. Elle alimente les radiateurs à eau placés dans le plancher de l’étage (résultat : des économies substancielles car elle assure le chauffage de la maison + le complément eau chaude sanitaire quand il n’y a pas assez de soleil pour le prix d’une tonne de pellets par an, soit 213 euros). En été, des avant-toits et des brise-soleil, recouverts d’une végétation à feuilles caduques, apportent ombre et fraîcheur aux terrasses gorgées de soleil.
Toutes les ouvertures sont en triple vitrage. Associées à l’isolation en fibre de bois avec 250 mm en couches croisées dans les murs, et 400 mm de la même manière sous toiture, elles offrent un confort thermique particulièrement agréable.
Au terme des trois premières années d’occupation des lieux, l’habitation s’est révélée particulièrement économe en énergie en ne consommant pas plus de 40 kWh/m2 par an.

Retrouvez  aussi :
La maison bois de Carole & Frédéric
Une maison bois à l’américaine
Une maison bretonne en bois

0