Dans le cadre de son développement en Charente-Maritime, le GROUPE Trecobat vient de quitter son agence de Saintes pour ouvrir une agence de 180 m2 à La Rochelle. Par cette nouvelle implantation au coeur de la ville de La Rochelle, le GROUPE Trecobat devient plus visible et affirme sa volonté de proximité pour accompagner les futurs acquéreurs dans leurs démarches. Trois nouveaux collaborateurs viennent renforcer l’équipe en place.
L’agence Trecobat de La Rochelle Gilles BONDU, déjà à la tête de l’agence Trecobat de Royan, dirigera l’agence de La Rochelle.
À l’occasion de la nouvelle implantation à La Rochelle, deux commerciaux et une assistante ont été recrutés. L’équipe de l’agence est par ailleurs composée d’un dessinateur, de deux conducteurs de travaux et d’un commercial.
Trecobat entend développer ses ventes de maisons individuelles sur le marché :
– des primo-accédants,
– des constructions de résidences en 2e ou 3e accession,
– des investisseurs dans le cadre de la loi Pinel.
Il souhaite construire une centaine de maisons individuelles par an dans le département d’ici 3 ans. Pour atteindre cet objectif, le GROUPE Trecobat revendique un savoir-faire unique en Charente-Maritime : la conception de maisons à toit plat, avec une architecture contemporaine et design. Dans ce cadre, la nouvelle équipe de La Rochelle est dotée d’un service de création capable de proposer des réalisations sur-mesure.
Plus d’informations : www.trecobat.fr

Tags article :

Maison en bois : Le constructeur Ami Bois, s’implante à Albi et crée un Pôle Habitat aux côtés des sociétés SIBA (construction de maisons individuelles maçonnées) et Rénov Evolution (spécialiste de la rénovation et de l’extension).
Les trois sociétés associent leur savoir-faire afin de créer des synergies et proposer un service complet à leurs clients qui recherchent une maison.
L’occasion pour Ami Bois, dont le siège social est à Toulouse, de poursuivre son développement.

Plus d’informations sur le site internet : www.ami-bois.fr

LA MAISON BOIS MODULAIRE EST L’HABITAT DE DEMAIN. Véritable révolution, c’est un assemblage de plusieurs modules qui constituent une maison prête à habiter. Entièrement réalisés en atelier, les modules sont ensuite assemblés sur le terrain. Les connectiques sont alors raccordées à celles du module voisin.
Ce nouveau type de constructions présente de nombreux avantages, notamment la possibilité d’assembler des modules de dimensions différentes.
Cela permet aux futurs propriétaires de choisir et adapter leur maison selon leurs besoins, leur budget et leurs envies. Aussi avec le modulaire, un autre concept apparaît : LA MAISON ÉVOLUTIVE.
Désormais, les éventuels agrandissements et extensions s’envisagent dès la construction et sont par la suite très facilement réalisables. Enfin, l’esthétique des maisons modulaires est contemporaine pour un habitat moderne et design.

plus d’info : www.franceboismodulaire.com

 
 
 

                                               

 

WaterRower décline son rameur

dans une nouvelle essence de bois : le chêne

 

 

 

 

 

Lille, le 20 novembre 2014 – WaterRower, spécialiste en appareils de fitness, revisite son produit phare, le rameur à résistance à eau, dans une nouvelle essence de bois : le chêne. Comme les WaterRower en frêne, en cerisier et en noyer, la version en chêne est fabriquée à la main aux Etats-Unis avec le plus grand soin et avec des essences de bois issues de sources renouvelables et certifiées.

 

 

 

Fort de son grand succès, le WaterRower est dorénavant disponible en chêne. Cette essence de bois très résistante s’accorde parfaitement avec tous les styles d’intérieur : ce rameur ne se cache pas, il s’expose grâce à son esthétique unique. Comble de praticité, le WaterRower peut se ranger aisément debout pour un encombrement beaucoup moins important.

 

Reprenant les gestes de l’aviron, le rameur WaterRower est l’appareil de fitness le plus efficace pour améliorer ses performances : 84% des muscles du corps sont sollicités simultanément, plus particulièrement ceux des jambes, des fesses, de l’abdomen et du dos. Grâce à sa résistance à l’eau brevetée, l’effort se fait en douceur et en silence. Il s’adapte automatiquement à tous les types d’utilisateurs car cette résistance est proportionnelle à l’effort fourni.

 

 

 

La marque NOHrD lance aussi ses différents appareils en chêne : le WaterGrinder (vélo à bras), la SlimBeam (poulie universelle ajustable), la SwingTower (tour dotée de 8 altères), la SwingBoard et la WallBars (espalier).

 

 

Fort de son grand succès, le WaterRower est dorénavant disponible en chêne. Cette essence de bois très résistante s’accorde parfaitement avec tous les styles d’intérieur : ce rameur ne se cache pas, il s’expose grâce à son esthétique unique. Comble de praticité, le WaterRower peut se ranger aisément debout pour un encombrement beaucoup moins important.

Reprenant les gestes de l’aviron, le rameur WaterRower est l’appareil de fitness le plus efficace pour améliorer ses performances : 84% des muscles du corps sont sollicités simultanément, plus particulièrement ceux des jambes, des fesses, de l’abdomen et du dos. Grâce à sa résistance à l’eau brevetée, l’effort se fait en douceur et en silence. Il s’adapte automatiquement à tous les types d’utilisateurs car cette résistance est proportionnelle à l’effort fourni.

 

La marque NOHrD lance aussi ses différents appareils en chêne : le WaterGrinder (vélo à bras), la SlimBeam (poulie universelle ajustable), la SwingTower (tour dotée de 8 altères), la SwingBoard et la WallBars (espalier).

 

Pour plus d’informations : site de Waterrower

 

Le WaterRower en chêne        le Swing Tower en chêne        Wal Bars en chêne       Slim Beam en chêne 

Water Grinder en chêne                                        Water Rower en chêne    

L’entreprise de construction bois Amibois a signé une charte « Premium d’AFCOBOIS » avec AFCOBOIS (syndicat déidé aux entreprises de construction bois). Cette charte s’inscrit dans la continuité de la stratégie d’Amibois : des maisons économiques et fonctionnelles à partir de 100 000 euros.

 

Ainsi, Amibois propose ces nouveaux modèles :
– maison 4 pièces de 77 m2
– maison 5 pièces de 90 m2

 

Ces deux modèles sont adaptables et personnalisables en fonction du terrain ou du climat de la région dans lesquels ils sont implantés.

 

www.ami-bois.fr

 

Copyright : David Herrero

 

La société de maîtrise d’œuvre INOVA (14) et le fabricant de solutions d’ossature bois Module 3D présentent une extension en Normandie issue de leur collaboration.
La particularité du procédé de Module 3D réside dans la rapidité de mise en œuvre des modules. Ici, pour monter les murs et la charpente de cette pièce supplémentaire, il n’a fallu que cinq jours à l’équipe d’INOVA. Le pin maritime classe 3 utilisé par le fabricant assure une protection naturelle contre la pluie et la standardisation des modules garantie une facilité d’accès à tous les corps de métier effectuant des travaux de finitions (électricité, plomberie etc.). Module 3D intervient partout en France.

www.module3d.fr
www.concept-bois-inova.f
r

 

Extension-INOVA-04-13-3

Extension-INOVA-04-13-4

Extension-INOVA-04-13-5

Extension-INOVA-04-13-6

Extension-INOVA-04-13-7

Extension-INOVA-04-13-8

Extension-INOVA-04-13-9

Tags article :

Du 3 au 13 août aura lieu le dernier chantier participatif à la Maison de Paille pour finir l’habillage de la maison en terre crue.
Un chantier participatif, c’est quoi?: c’est des gens bienveillants et généreux qui offrent du temps pour construire ensemble quelque chose de bon et d’utile pour tous.
Parce qu’ensemble, créer c’est une fête alors pourquoi suer chacun dans son coin?

Comme plus on est de fou, plus on rit, n’hésitez pas à nous rejoindre même une heure, un jour, une semaine, c’est gratuit!
Ce n’est pas forcément physique, c’est accessible à tous, c’est amusant et ça va être très beau.

C’est 732, rue du Bois des dames à Amilly(45), de 9h à 12h30 et de 15 h à 18 h 30
C’est pas salissant, ce n’est que de la terre…

Contactez Hélène Decarpignies
au 06 61 66 90 28 ou par mail : hdecarpignies@club-internet.fr

Hélène est chanteuse en répertoire classique. A priori, un univers assez éloigné de celui du bâtiment. « Dans la famille, nous avons tous le virus de la construction », lance l’artiste. Un virus qu’elle a exploité bien avant de se lancer dans le chantier de sa maison. À son actif, Hélène avance la rénovation de trois appartements et quatre maisons. Rien que ça ! Certes, ces travaux étaient plus conventionnels. Or elle rêve d’une maison écologique de style grange, en paille avec enduit terre. Du rêve à la réalité, il n’y a qu’à se retrousser les manches. Hélène suit une formation en ligne pour ensuite pouvoir réaliser ses propres plans : « On y étudie surtout les DTU. Or il y a une différence entre ce qui est préconisé et ce qui est fait sur le terrain. Les professionnels prennent certaines libertés ». Pour la paille, l’auto-constructrice se forme sur deux chantiers participatifs. Elle y découvre notamment que la plus vieille maison en paille référencée est à deux pas de chez elle, à Montargis dans le Loiret.
paille1
« À l’origine, je souhaitais utiliser la technique du Greb [ossature bois légère et paille porteuse, NDLR]. Mais je n’ai pas voulu prendre le risque », confie-t-elle. C’est finalement une structure en poteau-poutre pour laquelle elle opte. Un peu malgré elle. La maison est bâtie sur des fondations conventionnelles, seule méthode maîtrisée par le maçon qu’Hélène a embauché pour l’aider. Cinq fermes y ont été érigées pour accueillir les 90 m2 au sol, sur deux niveaux, que compte la maison. Après l’installation des poteaux-poutres, c’est au tour de la toiture. Hélène a recruté des bénévoles sur les sites Passerelle Eco, La Maison en Paille, Les Compaillons et Botmobil. Car dès la toiture, le chantier participatif paille et terre est lancé. Les chevrons de 40 cm de hauteur servent de caisson pour accueillir des ballots enduits de terre par la suite. Un pare-pluie recouvre ensuite la face extérieure et un pare vapeur celle intérieure. Durant le même été, en 2009, ils montent les murs et passent l’enduit terre. Mais la toiture restera sous bâche pendant 1 an. Le temps d’acheter les tuiles qu’Hélène souhaite : « Ce sont des tuiles en bois (appelées tavaillon, bardeau… selon les régions), en mélèze, à triple recouvrement que j’ai clouées. J’ai été les chercher du côté de Lausanne. Il y avait un soutien de la région pour que les chalets du coin réemploient ce matériau. Ils faisaient des prix bas ».
paille2
« La mise en œuvre de la paille et de la terre a été le moment le plus drôle, confie Hélène. Le chantier participatif est la matérialisation de la bonne volonté humaine dont on parle si peu. Quand on fait une maison en paille, on tombe vite dans l’univers altermondialiste pour ne plus en sortir. » Cette gaité n’a pas forcément été partagée avec les professionnels : « Comme je n’étais pas du coin et que je ne connaissais personne de leur famille, ils pratiquaient les prix « touristes ». C’est idiot puisque je m’installais ici et que j’allais par la suite connaître du monde… »
Il lui a fallu beaucoup de courage pour affronter cette distance et les aléas du chantier. Son premier hiver, elle l’a passé dans une tente face à son insert, unique mode de chauffage qui ne consomme que 6 stères par an. Elle s’était cassé un poignet et n’a pas pu poser ses fenêtres à temps. Au final, Hélène a bâti de ses mains la maison de ses rêves. Pas une maison réalisée au cordeau mais une maison avec beaucoup d’humain(s).

Propos recueillis par Pascal Nguyên

Retrouvez notre dossier complet sur l’auto-construction dans le n°21 du magazine Eco-maison-bois

0