Le site scolaire d’Attigny (Ardennes) a été réalisé par l’agence Jean-Philippe Thomas Architectes (Reims).

 

Le concours a été remporté en avril 2010, le projet a été livré en août 2014. Il compte un collège, une école maternelle, un bâtiment de restauration et deux logements.

 

Le programme vient prendre place dans un contexte urbanistique situé dans la périphérie d’Attigny, où les jardins font place aux maisons individuelles, petites constructions et champs cultivés. Cette échelle urbaine, relativement modeste, a orienté vers une logique de bâtiments très simples, à rez-de-chaussée et rez-de-jardin, limitant ainsi les effets d’ombre ou de masque sur l’environnement immédiat, tout en assurant une continuité visuelle évidente sur le paysage.
La conception très rigoureuse des bâtiments est issue d’une réflexion sur la fonctionnalité et les liens qui les régissent, répondant ainsi parfaitement au programme.

 

Le collège et le pôle scolaire sont clairement identifiables avec leur entrée spécifique, leur volumétrie complémentaire et leur emprise mesurée. Une circulation principale, deux parvis, une voie de service, deux parkings… le plan masse général est limpide.

 

Le pôle scolaire est immédiatement visible, depuis l’accès au site. Deux entrées identifiables et protégées des intempéries, sont réparties suivant l’âge des enfants : une première, en lien direct avec la cour. Une seconde, plus protégée, autorise l’accès à la maternelle. Les écoles maternelle et primaire sont implantées perpendiculairement, facilitant ainsi la répartition des espaces communs à leur liaison (accueil pré et post scolaire, bibliothèque, administration… tout est proche). En plus d’une réelle fonctionnalité, ce dispositif très simple génère des ambiances tout à fait différentes, en fonction de l’orientation, des liens avec l’environnement, de la largeur et de la volumétrie des circulations, de la présence formidable de jardins intérieurs, venant ponctuer les parcours… Située dans l’espace maternelle, la salle d’évolution fait partie de la circulation et devient ainsi le véritable cœur de l’école, autour duquel toutes les activités gravitent. Les deux cours extérieures prolongent cette logique d’ouverture, en proposant des ambiances et lieux différents, des végétations variées et un rapport au sol qui ne l’est pas moins.
Le collège, un peu plus en retrait, présente une façade principale plus dépouillée. Une légère inflexion de la paroi invite les collégiens à pénétrer dans le hall traversant, avant leur accès sous le préau et vers la cour de récréation. Les surveillants ont une vue privilégiée sur le hall, la cour, les sanitaires.
Le collège s’articule ensuite autour d’un jardin central, apportant lumière, variété et richesse des parcours.
La distribution intérieure est évidente et lumineuse. Les liens visuels avec le patio sont constants, et ceux-ci permettent, en plus de la vue et du repérage, un rafraîchissement du bâtiment pendant les heures chaudes.
La construction du site scolaire d’Attigny s’inscrit dans une démarche de haute qualité environnementale, sans toutefois rechercher une certification.
La performance énergétique constitue une priorité pour le maître d’ouvrage, l’objectif programme étant l’obtention du niveau BBC (hors gymnase et cuisine) soit Cep<-50% Cepref. Le maître d’ouvrage souhaitait aussi focaliser son attention sur la maintenance, point fondamental dans un établissement d’enseignement et d’autant plus pour un bâtiment performant thermiquement. La gestion de l’eau est aussi une cible classée prioritaire.
Il a également été mis en place une charte de chantier à faibles nuisances (bruits, poussières et boues, pollutions de l’air, de l’eau et du sol, perturbations du trafic, etc.) sur laquelle l’ensemble des entreprises ont dû s’engager.

Pour résumer, les thèmes suivants peuvent être notés comme éléments de références :
– respect de la topographie du lieu,
– orientation des espaces extérieurs et implantation suivant les vents dominants,
– faible impact sur le paysage : l’entrée de ville est respectée,
– optimisation des apports solaires extérieurs,
– organisation très simple du plan masse général,
– possibilité de développement futur de chaque construction,
– hiérarchisation des différentes entités scolaires,
– rapidité de mise en œuvre en privilégiant l’utilisation du bois à 80 %,
– pérennité de la peau extérieure des bâtiments (façades et toitures),
– gestion et engagement pour optimiser les cibles HQE.

Le site scolaire d’Attigny a reçu le Laurier de la construction bois 2015 dans la catégorie Équipements publics Réalisation ex aequo. Pour le jury : « Voilà un beau projet bois. La structure devient un élément d’ornementation. Le plan est très intelligent ».

L’architecte : Jean-Philippe Thomas Architectes www.jeanphilippe-thomas.com

Entreprise du lot bois : Goudalle Charpente
goudalle.charpente [at] hep.fr

Bureau d’Etudes en structure bois : BARTHES BOIS
be [at] barthes-bois.fr

 

Les photos sont de Benoit Bost

 

Retour au palmarès 2015 des Lauriers de la construction bois

La Fabrique des Arts est un équipement public réalisé par Fauvel – Fouché Architectes à Mettray (Indre-et-Loire), livré en mai 2014.

 

A Tours préexistait le « 144 » lieu informel de rassemblement et de travail de compagnies d’artistes de la rue. De cette expérience est née le « 37ème Parallèle ». Le collectif s’installe en lisière du parc des Grandes Brosses à Mettray et prend possession du verger et des communs de l’ancien hôpital.

Ce lieu de création et de spectacle vivant doit héberger 11 compagnies indépendantes qui, réunies dans un même collectif, proposent un art global, musique, danse, cirque, interventions plastiques, théâtre.

Le site possède déjà une âme, arbres majestueux, hauts murs de pierre, prairie mettant en perspective la future installation. L’enclos de l’ancien verger devient le cœur de la Fabrique. Il sera espace de représentation, accueil de chapiteau, camp de résidence. Des limites fortes organisent un lieu multiple, à utiliser en extérieur comme en intérieur. Le projet a été développé en dialogue permanent avec les compagnies sous la conduite du maître d’ouvrage Tour(s) Plus. La part écologique du concours reste forte malgré les contraintes économiques. Le projet s’appui sur le bois sous toutes ses formes, en structure et en habillage des façades pour le bâtiment neuf, comme énergie principale également puisque la Fabrique intègre une chaufferie bois qui prend en charge l’ensemble du site. L’eau de pluie est stockée et  recyclée pour alimenter les toilettes, assurer les arrosages et les lavages extérieurs. Tous les espaces sont largement éclairés naturellement. Des résilles bois extérieures filtrent la lumière et ombrent l’enveloppe pour éviter les surchauffes d’été. Le bâtiment neuf a des performance BBC effinergie.

 

La Fabrique regroupe 11 ateliers individuels, une grande halle de montage et de répétition, deux salles de répétition spécialisées, l’une musique danse, l’autre mise en scène théâtre, des loges, un catering, des bureaux et un espace de réunion. Les bâtiments anciens de part et d’autre de la cour de service accueillent les ateliers spécialisés, métallerie, menuiserie, peinture, costumerie, blanchisserie, électricité-électronique ainsi que le studio d’enregistrement.

 

Structure bois : portiques, poteaux et poutraison lamellés-collés, façades ossature bois de 145 mm et poteau-poutre, murs de refend ossature bois.

Couverture et bardage en bacs métalliques ou polycarbonate alvéolaire doublés (murs et toiture) d’une résille en chevrons de pin des Landes traité classe 3 marron section 70×90.

Isolant des murs : ouate de cellulose insufflée 145 mm + laine minérale 80 mm en contre-doublage.

 

 

La Fabrique des Arts a reçu le Laurier de la construction bois 2015 dans la catégorie Équipements publics Réalisation ex aequo. Le jury a expliqué qu’il s’agissait d’un « projet élégant dans la mise en œuvre, très soigné. Le plan, raisonné, est très efficace. Simplicité dans la façon de présenter la structure. Elle est montrée, mise en valeur. C’est la juste mesure. Y compris le prix : 1000€/m2 ».

L’architecte de ce projet est l’agence Fauvel – Fouché Architectes http://fauvelfouche.fr

Charpente, ossature bois, bardages : SA COPPET http://www.sacoppet.fr
Menuiserie bois intérieure et extérieure : LAFOREST SAS http://www.laforest-sas.com
BET bois : ARCABOIS http://www.arcabois.fr

Les photos sont de Jean-Pierre Fauvel

Retour au palmarès 2015 des Lauriers de la construction bois

Une longue histoire, ce projet de logements collectifs à Queniquen (Loire-Atlantique). On le doit à l’architecte Angélique Chedemois.

Au bord des marais salants de Guérande, dans le village de Queniquen, cette ancienne bergerie était l’un des derniers témoins de l’activité des paysans-palu­diers.
Le projet concerne la réhabilitation du hangar existant en 4 logements duplex (2 T3 et 2T4) et un local associatif de 40 m² pour la pratique d’activités com­munes.

Au fil du temps, ce village de paludiers s’est peu à peu transformé en banlieue résidentielle. Les terres agricoles du coteau ont été ainsi peu à peu mitées par la construction de maisons individuelles au milieu de leur parcelle de 1000 m². L’enjeu du projet a été de mettre en valeur le volume du hangar pour continuer à le faire exister dans le paysage du village. Ce volume atypique est souligné et mis en valeur par la sobriété des détails et l’utilisation du noir mat, accentuant ainsi le contraste avec son environnement bati.

Le bardage noir appartient au vocabulaire architectural des salorges ; ces gre­niers à sel qui parsèment le territoire de la presqu’ile guérandaise. Ce choix de la couleur a permis de diminuer l’impact visuel de ce volume de 15 x 20 m. Il permet aussi d’obtenir un rendu fini dès la livraison du bâtiment, évitant ainsi l’effet de vieillissement du bois au fil du temps.
Le volume du hangar a donné l’opportunité de réaliser 4 logements compacts en duplex, chacun avec une entrée individuelle. Ainsi les logements deviennent des petites maisons sous un même volume.
Les ouvertures ont été traitées dans le calepinage de la façade. Les descentes d’eau de pluie carrées sont assimilées à des couvre-joints, disparaissant ainsi de la façade.

Les murs de refend intérieurs sont maçonnés, assurant ainsi une stabilité au feu et une bonne acoustique entre les logements. Une solution de plancher mixte bois-béton a été apportée par l’entreprise de charpente Guiheneuf. Ces solu­tions optimisent l’inertie du bâtiment en apportant de la masse à l’ensemble. Les façades extérieures sont en murs ossature de 220 mm, assurant une bonne isolation entre les montants de la structure. Une contre-isolation technique de 45 mm a été apportée à l’intérieur des logements.
Les pans de mur ossature bois ont été préfabriqués en atelier, puis montés par grutage sur le chantier. L’ensemble des murs a été monté en quelques jours.

 

Pour assurer une prise de conscience des locataires concernant leurs dépenses d’énergie, les modes de chauffage ont été individualisés. Le chauffage de chaque logement est assuré par un poêle à pellet et la production d’eau chaude par un ballon thermodynamique. Le choix d’un poêle où l’on voit brûler la flamme participe à cette prise de conscience concernant l’énergie. Une installa­tion de 100 m² de panneaux photovoltaïques en toiture sud vient assurer l’auto­nomie énergétique du projet en éléctricité. Un suivi de consommation a été mis en place sur l’ensemble du projet. La consommation d’énergie pour le chauffage représenterait 80€ par an.

 

Ce projet de logements collectifs, l’étoile noire, a reçu le Laurier de la construction 2015 dans la catégorie Logements collectifs Réalisation. Le jury a déclaré : « Voilà un bâtiment audacieux, à la fois vernaculaire et très contemporain. Son lien au site, à la fois culturel et paysager, est très marqué. Du point de vue de la compacité du projet, c’est un bon exercice architectural. Du point de vue économique, il est très bien géré. 80€ de chauffage par an et par logement ! ».

L’architecte est Angélique Chedemois www.angeliquechedemois.com

Entreprise du lot bois : Guiheneuf Charpente
http://menuiserie-guiheneuf.test.oceanet.eu/

Retour au palmarès 2015 des Lauriers de la construction bois

 

Conçu par l’agence lyonnaise Tekhnê Architectes, ce bâtiment est le nouveau siège du bailleur social Notre Logis, situé dans le département du Nord.

 

Situé à l’entrée d’un écoquartier de 100 ha, dont Notre Logis est l’aménageur, le nouveau siège veut incarner la vision sociétale du métier de bailleur social. Le projet convertit une maison existante, trace du passé industriel, en Maison de l’éco-quartier et met en œuvre un bâtiment certifié passif sur un socle semi-enterré de stationnement, libérant ainsi 20% du terrain en espace vert.
2 corps de bâtiment à R+1 et R+2 sont unis par une serre bio-climatique dédiée à l’accueil et la convivialité. Les vêtures bois, la structure principale bois, dialoguent avec l’appareillage en brique de la maison conservée. L’enveloppe de niveau passif, ménage un confort acoustique et visuel de haut niveau.
Le projet a la double labellisation PASSIVHAUS et HQE.

 

Le bois participe aux ambiances intérieures : solives et poteaux, encadrement et fenêtre bois, mur rideau bois. L’éclairement naturel des locaux a été optimisé. Avec des bâtiments de faible « épaisseur » et de larges ouvertures, le niveau d’éclairement naturel permet d’avoir une grande autonomie (niveau Très Performant labellisation HQE).

Seul le dallage bas, la cage d’escalier et la cage d’ascenseur sont en béton. L’ensemble de la structure (mur, plancher et toitures) sont en bois : mur ossature bois de 200 mm, plancher collaborant avec solive lamellé-collé et dalle de compression béton, charpente de la serre avec fermes sous-tendues bois. Les murs sont doublement isolés en textile recyclé (Métisse) : 200 mm d’isolant dans l’ossature + 80 mm en doublage intérieur.

 

Ce projet a été livré en octobre 2014.

Il a reçu en mars 2015 le Laurier de la construction bois 2015 dans la catégorie Bâtiments d’activité Réalisation. Le jury a déclaré lors de la remise du prix : « Ce bâtiment est passif, sobre, compact, spacieux et léger avec de la transparence. Grande qualité des détails ».

L’architecte de ce projet est Tekhnê Architectes www.tekhne-architectes.com

Entreprise bois (structure Bois – bardage – isolation) : Goudalle

goudalle.charpente [@] hep.fr

 

Photos Charles Delcourt

Retour au palmarès 2015 des Lauriers de la construction bois

À Arêches-Beaufort en Savoie, ce chalet contemporain signé MAAJ Architectes renouvelle le genre.

 

Le projet réinterprète de manière contemporaine les fermes traditionnelles du Beaufortain. Les éléments représentatifs des constructions locales sont réutilisés : soubassement maçonné, bardage bois. La structure apparente rythme les façades, et intimise les espaces de vie. Au sud, elle protège le salon du soleil en créant une double peau constituant une large terrasse. Au nord la trame vient composer la façade et laisse de larges ouvertures dotées de volets coulissants. La rationalité de la conception a permis aux architectes d’introduire de manière naturelle l’approche environnementale. L’orientation du chalet, les ouvertures bien placées et filtrées au sud, le tout doublé d’une ossature bois au R+1 et R+2 apportent le confort visuel et thermique.

Le projet propose de poser sur un radier un socle en béton et de le surmmonter d’une ossature bois, support du squelette en bois révélant la trame.
Structure : béton au RDC / ossature bois au R+1 et R+2.
Plancher : béton au RDC et R+1 / plancher bois au R+2.
Façade : lames de mélèzes et poteaux mélèzes.

Isolation en laine de verre 120 mm.

Le projet est pensé comme un lieu de partage, très ouvert : les différentes pièces gravitent autour d’un bloc central structurant qui regroupe la circulation verticale. Tous ces lieux communiquent entre eux par la double hauteur et proposent des espaces plus intimes par l’intermédaire de parois coulissantes (petit salon) ou de terrasse cachées.

 

En mars 2015, le chalet beaufortain a remportain le Laurier de la construction bois 2015 dans la catégorie Logement individuel Réalisation. Le jury a insisté sur le fait que « ce chalet symbolise l’orientation contemporaine de la filière bois. Objet moderne, propre, bien exécuté, il réinterprète le chalet traditionnel beaufortain ».

L’architecte de ce projet est MAAJ Architectes www.maaj.fr

 

Entreprise du lot bois : Chalet Tardy

Retour au palmarès 2015 des Lauriers de la construction bois

L’agence parisienne SKP Architecture a réalisé un projet d’habitat partagé à Bagnolet (Seine-Saint-Denis).

 

Pour exploiter au mieux ce terrain très long, SKP Architecture a choisi de construire deux maisons disposées de part et d’autre de la bande.
Sur rue, la maison sera la maison A et la maison située à l’arrière, la maison B. Chacune des maisons est traversante avec un jardin à l’avant et un autre à l’arrière.
Pour respecter les bâtiments environnants – notamment la maison existante tout proche – et être en cohérence avec le tissu urbain, les architectes choisissent de ne pas bâtir au-delà de R+2, ce qui correspond à la majeure partie des maisons de la rue. La maison A est en R+2 et conserve l’alignement sur rue tandis que la maison B n’accédera pas R+1 pour respecter les règles du POS.

 

Conscient de l’apparente contradiction entre la construction de maisons individuelles et le développement durable de la ville (risque de contribuer à l’étalement urbain), ce projet est néanmoins une proposition de réponse aux enjeux de l’évolution urbaine de la petite couronne de l’est parisien au fort potentiel de mutabilité dans le siècle à venir.
Ainsi les 3 principaux enjeux en matière de développement durable pour ce projet sont:
– Une construction pérenne à la hauteur des défis énergétiques du 21e siècle ;
– L’évolutivité du projet : permettre une future mixité programmatique et une évolution des usages ;
– La préservation de la qualité environnementale du site et son intégration harmonieuse dans l’architecture tout en redensifiant le quartier.

 

Ce projet a été primé au concours des Lauriers de la construction bois 2015 catégorie Logements individuels groupés Réalisation ex aequo. Le jury a relevé la « très grande qualité des espaces intérieurs et extérieurs. Beau travail sur les finitions et les détails. Le bois… et toutes ses qualités ».

L’architecte de ce projet est l’agence SKP Architecture www.skp-architecture.com

Entreprise du lot bois : Charpente du Gâtinais
p.martin [@] utb.com

 

Bureau d’études structure : Buchet
bet.buchet [@] wanadoo.fr

 

Bureau d’études thermique : Pouget Consultant
www.pouget-consultants.fr

Retour au palmarès 2015 des Lauriers de la construction bois

L’agence parisienne GELIN LAFON a signé ce projet de logements individuels groupés, à Bourges (Cher).

 

Générer du vivre-ensemble dans un lotissement, faire le lien entre les habitants dans un contexte où la maison individuelle est dominante.

Le projet prend place dans un lotissement caractéristique d’un aménagement péri-urbain dominé par la maison de constructeur.
Chaque maison accueille deux logements. Le volume est volontairement compact pour une approche environnementale basée sur l’économie de la construction et la minimisation des consommations d’énergie.
Les logements sont traversants avec un découpage jour/nuit tourné vers un jardin privatif. Ils offrent de véritables espaces habitables avec des pièces à géométrie simple et une double hauteur qui participe à l’impression d’espace. La façade côté rue accueille l’entrée et une chambre, la façade côté jardin accueille cuisine et séjour. Toutes les pièces et les dégagements sont éclairés naturellement.

 

Les murs périmétriques sont en ossature bois, le mur de refend est en parpaings pleins. Isolation thermique en panneaux semi-rigides de laine de Roche – ép. 180 mm.

La charpente est en caissons chevronnés autoportants, âme polyuréthane (épaisseur de 127 mm), sous-face BA13. La couverture est zinc naturel à joints debout, voligeage bois.

Pour chaque logement, l’ensemble de l’installation comprend l’alimentation gaz et la distribution gaz, la production et la distribution de l’eau chaude de chauffage et de l’eau chaude sanitaire, et les corps de chauffe.

 

 

Ce projet a reçu le Laurier de la construction bois 2015 dans la catégorie Logements individuels groupés Réalisation ex aequo. Le jury a déclaré : « La construction bois peut avoir une esthétique différente. Ce projet, aux très bonnes qualités architecturales, en est la preuve. Provenance des bois (pin des Landes) locale. Logique d’habitat groupé respectée ».

L’architecte du projet est l’agence Gelin Lafon www.gelin-lafon.com

 

Charpente, couverture, bardage : Entreprise Rousseau
chateauroux [@] smac-sa.com

 

Menuiseries extérieures : SAS Menuiseries Moreau
www.menuiserie-moreau-cluis.fr

Menuiseries intérieures : Elvin
www.elvin.fr

 

Les photos sont de Nicolas Waltefaugle

Retour au palmarès 2015 des Lauriers de la construction bois

L’agence d’architecture grenobloise Inca travaille sur le cœur de Grotte à Lourdes, et plus précisément sur une structure de protection, le auvent des piscines.

 

En lien avec la grotte sacrée et les bâtiments historiques des piscines, au bord du Gave, l’agence d’architecture Inca a proposé, pour surplomber le parvis des piscine, un grand auvent d’inspiration naturaliste. Il protège l’espace d’attente des piscines et récrée un espace généreux ou le confort de l’attente est privilégié. De grands bancs en bois et des gardes-corps structurent et organisent l’espace d’attente.

La structure en lamellé-collé de douglas est originale et inédite d’un point de vue architectural mais aussi technique. C’est une structure autonome : aucun impact, aucun lien structurel avec le bâtiment existant des piscines. Les principes géométriques sont rigoureux : facilitation de la fabrication et de la mise en œuvre. La structure est la plus fines possible : légèreté et élancement. Structure, sous-face et couverture tout en bois : l’effet recherché est chaleureux et rassurant.

Le auvent des piscines constitue un espace en soi : l’antichambre de recueillement des pèlerins avant l’expérience des piscines. La structure est organique et arborescente en lien avec l’esprit de la végétation du jardin des fontaines. Elle prend forme au sol pour se déployer dans l’espace par des arches formant des voûtes. L’idée qui guide la conception de cette structure est la métamorphose. Métamorphose de la lumière qui est captée par une grande verrière pour descendre en cascade le long des poteaux. Métamorphose des matières que sont la pierre, le bois, la lumière. La matière minérale du parvis des bains devient la base des poteaux, d’où émergent les nervures de la structure en bois qui deviennent, en se multipliant, la trame d’une nappe de bois légère et étanche. L’ensemble crée une couverture protectrice, aux formes douces, un espace ombragé, une introduction sereine, dans un atmosphère propice au recueillement, à l’expérience des bains dans l’eau sacrée de Lourdes.

 

 

Ce projet a reçu le Prix de l’aménagement paysager au concours des Lauriers de la construction bois 2015. Le jury a déclaré : « La structure en bois crée l’effet ! Superbe travail sur la structure, maitrise technique du bois, technologie moderne, provenance locale des bois… Quel objet ! Et en plus pas tape-à-l’œil ».

La réalisation de ce projet s’étendra d’octobre 2015 à mars 2016.

L’architecte de ce projet est l’agence Inca : www.inca-architectes.com

BET spécialisé dans la structure bois : Gaujard Technologie www.bet-gaujard.com

BET structure : Beterem ingénierie www.tpf-i.fr

Retour au palmarès 2015 des Lauriers de la construction bois

La maison M est située à Suresnes (Hauts-de-Seine). Il s’agit d’une surélévation couplée à une rénovation, le tout en bois.

 

Le projet, qui a été développé suite à un incendie mitoyen qui avait ravagé la toiture ainsi que le dernier étage de la maison existante, se dessine autour de l’idée d’une enveloppe sous forme de couverture épaisse de bois qui vient couvrir la maison en forme de protection de l’habitat.
La volonté d’isoler complétement la maison par extérieur à rajouter à cette volonté de sculpter la vague de la couverture. En parallèle la liaison extérieur-intérieur, même sur les niveaux supérieurs, était devenue une évidence, d’où la présence de terrasse au niveau chambre et toiture-terrasse creusée dans la forme avec une protection par une toiture végétalisée en pourtour, sauf vers Paris ou une vue extraordinaire est mise en perspective.

 

MM architectes

L’ensemble de l’extension a été construite sur la base d’une structure bois en douglas section 14×14. La totalité de la structure a été découpée, préparée et assemblée sur-place, « à l’ancienne », à partir de la livraison des bois traités, sans préparation en atelier par les charpentiers. L’ensemble recouvert de panneaux OSB de 12 mm en contreventement avec pare vapeur et isolants. Les planchers en panneaux OSB de 22 mm sur pannes en sapin du pays 80x230mm entraxes de 500 mm.Terrasses en lames de 25x140mm et bardage ajouré de 40x40mm avec intervalle de 25 mm, le tout en  mélèze de Sibérie. Isolation en laine de roche Roulrock de 120 mm d’épaisseur et polystyrène extrudé de 110 mm. La totalité du volume intérieur a été travaillée en frêne (le parquet, les murs, le plafond, les portes armoires dressing) afin de renforcer le concept de la « boite » en bois sur le toit.

 

MM architectes

La maison M a remporté le Laurier de la construction bois 2015 dans la catégorie Rénovation / Extension de Logement Réalisation. Le jury a expliqué son choix : « Le jury a aimé l’intelligence constructive de ce projet et son rapport à l’existant. Particulièrement intéressante, la peau de la surélévation redescend sur l’existant. Une nouvelle maison apparaît ».

Les architectes de ce projet sont MM architectes, designers et planners de Nanterre http://mm-planners.com/

 

Entreprise du lot bois : FJ Bat SARL

fjbatiment [at] neuf.fr

Retour au palmarès 2015 des Lauriers de la construction bois

La Maison de l’écriture est un projet magnifique réalisé en Suisse à Montricher par l’agence Mangeat-Wahlen Architectes Associés SARL (Vincent Mangeat et Pierre Wahlen). Sa conception a commencé en 2001, il a été achevé en 2014.

Cette bibliothèque compte 5 étages, une salle d’exposition et un auditorium.

 

La bibliothèque est conçue comme l’emboîtement de deux structures. La première forme un grand coffre dur et protecteur constitué de murs de béton armé brut de décoffrage d’une épaisseur de 40 cm auxquels est arrimée une canopée.
À l’intérieur est glissée une grande étagère en chêne qui porte les livres, les hommes et la lumière.

 

Le projet veut faire la synthèse entre meuble et immeuble : la structure disposée autour d’un grand vide porte les livres, les coursives d’accès aux livres et la couverture.
Des rainures régulièrement pratiquées dans les poteaux sont préparées pour recevoir les étagères. Le tout, élément porteurs et portés sont réalisés en chêne lamellé-collé.

 

Entre les deux structures évoquées ci-dessus, sont placés 300 mm d’isolation thermique (isolation en laine de verre 300 mm). Sur la couverture, isolation et forme de pente (isolation en mousse polyuréthane, en pente, épaisseur variable de 320 à 240 mm). Au deuxième sous-sol, sur le dallage béton, isolation de 300 mm.

Ce qui a été écrit et dessiné c’est la métamorphose de la Colonie de Vacances de Montricher qui prend la forme d’une grande maison pensée comme on pense une ville. Une Maison de l’écriture où l’on écrit, parle, débat, expose et resserre des livres, des livres et encore des livres.

« On a disposé, explique l’architecte, d’une part la bibliothèque (80 000 volumes) et les archives et d’autre part, la salle d’exposition, le vestibule, l’auditorium et le foyer. »

 

La Maison de l’écriture a reçu le prix de la réalisation à l’étranger au concours des Lauriers de la construction bois 2015. À la remise des prix, le jury a déclaré : rêve de bibliothèque. Toutes les coursives sont suspendues à la toiture en chêne du Quercy. »

Les architectes du projet : Mangeat-Wahlen Architectes Associés SARL www.mangeat-wahlen.ch

Entreprises du lot bois :
– DUCRET-ORGES SA www.ducret-orges.ch
– MONTANDON Pascal info [at] montandon-charpente.ch
– J. BODENMANN SA www.bodenmann.ch

Ingénieur du bois : Charpente Concept SA www.charpente-concept.com

 

Les photos sont de Samuel Nugeus

Retour au palmarès 2015 des Lauriers de la construction bois

0