Du 3 au 13 août aura lieu le dernier chantier participatif à la Maison de Paille pour finir l’habillage de la maison en terre crue.
Un chantier participatif, c’est quoi?: c’est des gens bienveillants et généreux qui offrent du temps pour construire ensemble quelque chose de bon et d’utile pour tous.
Parce qu’ensemble, créer c’est une fête alors pourquoi suer chacun dans son coin?

Comme plus on est de fou, plus on rit, n’hésitez pas à nous rejoindre même une heure, un jour, une semaine, c’est gratuit!
Ce n’est pas forcément physique, c’est accessible à tous, c’est amusant et ça va être très beau.

C’est 732, rue du Bois des dames à Amilly(45), de 9h à 12h30 et de 15 h à 18 h 30
C’est pas salissant, ce n’est que de la terre…

Contactez Hélène Decarpignies
au 06 61 66 90 28 ou par mail : hdecarpignies@club-internet.fr

Hélène est chanteuse en répertoire classique. A priori, un univers assez éloigné de celui du bâtiment. « Dans la famille, nous avons tous le virus de la construction », lance l’artiste. Un virus qu’elle a exploité bien avant de se lancer dans le chantier de sa maison. À son actif, Hélène avance la rénovation de trois appartements et quatre maisons. Rien que ça ! Certes, ces travaux étaient plus conventionnels. Or elle rêve d’une maison écologique de style grange, en paille avec enduit terre. Du rêve à la réalité, il n’y a qu’à se retrousser les manches. Hélène suit une formation en ligne pour ensuite pouvoir réaliser ses propres plans : « On y étudie surtout les DTU. Or il y a une différence entre ce qui est préconisé et ce qui est fait sur le terrain. Les professionnels prennent certaines libertés ». Pour la paille, l’auto-constructrice se forme sur deux chantiers participatifs. Elle y découvre notamment que la plus vieille maison en paille référencée est à deux pas de chez elle, à Montargis dans le Loiret.
paille1
« À l’origine, je souhaitais utiliser la technique du Greb [ossature bois légère et paille porteuse, NDLR]. Mais je n’ai pas voulu prendre le risque », confie-t-elle. C’est finalement une structure en poteau-poutre pour laquelle elle opte. Un peu malgré elle. La maison est bâtie sur des fondations conventionnelles, seule méthode maîtrisée par le maçon qu’Hélène a embauché pour l’aider. Cinq fermes y ont été érigées pour accueillir les 90 m2 au sol, sur deux niveaux, que compte la maison. Après l’installation des poteaux-poutres, c’est au tour de la toiture. Hélène a recruté des bénévoles sur les sites Passerelle Eco, La Maison en Paille, Les Compaillons et Botmobil. Car dès la toiture, le chantier participatif paille et terre est lancé. Les chevrons de 40 cm de hauteur servent de caisson pour accueillir des ballots enduits de terre par la suite. Un pare-pluie recouvre ensuite la face extérieure et un pare vapeur celle intérieure. Durant le même été, en 2009, ils montent les murs et passent l’enduit terre. Mais la toiture restera sous bâche pendant 1 an. Le temps d’acheter les tuiles qu’Hélène souhaite : « Ce sont des tuiles en bois (appelées tavaillon, bardeau… selon les régions), en mélèze, à triple recouvrement que j’ai clouées. J’ai été les chercher du côté de Lausanne. Il y avait un soutien de la région pour que les chalets du coin réemploient ce matériau. Ils faisaient des prix bas ».
paille2
« La mise en œuvre de la paille et de la terre a été le moment le plus drôle, confie Hélène. Le chantier participatif est la matérialisation de la bonne volonté humaine dont on parle si peu. Quand on fait une maison en paille, on tombe vite dans l’univers altermondialiste pour ne plus en sortir. » Cette gaité n’a pas forcément été partagée avec les professionnels : « Comme je n’étais pas du coin et que je ne connaissais personne de leur famille, ils pratiquaient les prix « touristes ». C’est idiot puisque je m’installais ici et que j’allais par la suite connaître du monde… »
Il lui a fallu beaucoup de courage pour affronter cette distance et les aléas du chantier. Son premier hiver, elle l’a passé dans une tente face à son insert, unique mode de chauffage qui ne consomme que 6 stères par an. Elle s’était cassé un poignet et n’a pas pu poser ses fenêtres à temps. Au final, Hélène a bâti de ses mains la maison de ses rêves. Pas une maison réalisée au cordeau mais une maison avec beaucoup d’humain(s).

Propos recueillis par Pascal Nguyên

Retrouvez notre dossier complet sur l’auto-construction dans le n°21 du magazine Eco-maison-bois

Gilles Heissat choisit pour la première fois le métal, comme matière unique dans ses cheminées. Il crée la gamme OMÉGA en acier thermolaqué. Cette déclinaison de façades aux lignes sobres et efficaces, vient compléter le foyer MICROMEGA, dernier né de la marque Stûv. Quatre modèles prolongent ce foyer carré, en proposant une architecture horizontale ou verticale du coffre de cheminée

 

oméga-i

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oméga_i : forme haute réalisée en creux, elle accompagne un coffre vertical peu encombrant, d’un mètre de largeur.

 

oméga-i-

 

 Oméga_i+ : de même dimension que Oméga_i, ses pans verticaux inclinés créant une dynamique.

 

OMEGAV

 

Oméga_V : ses côtés obliques amènent le regard vers le foyer, qui lui-même estintérieurement en forme de V. Le coffre de cheminée a une largeur de 1,50 m.

 

OMEGAZ

 

Oméga_Z : est de même largeur que Oméga_V. Les dégradés du métal plié sont comme une chambre photographique, captant le feu, sujet central et privilégié.

 

 

La mixité bois-béton est en plein essor en france. les projets réalisés offrent de nouvelles possibilités architecturales, des chantiers rapides et propres et répondent aux exigences de la nouvelle règlementation thermique.
La complémentarité du bois et du béton fonctionne bien. Le béton peut se retrouver en ossature primaire, l’ossature bois en enveloppe thermique. De plus l’isolant étant intégré directement dans la partie structurelle du mur ossature bois, l’épaisseur diminue de 10 à 15 cm ce qui permet de gagner en surface habitable.

Bois.com dit « Oui au Bois »

Consciente de son rôle déterminant dans la transition énergétique, la filière forêt-bois continue à se mobiliser pour le « Oui au bois ». A travers ce slogan, la filière a pour objectif de montrer à tous les décideurs que le choix du bois est une solution performante et accessible, mais aussi un choix d’engagement et de conviction en faveur de l’environnement. Signée Bois.com, cette nouvelle campagne présente les porteurs de projets qui se sont battus pour défendre le choix du bois.

Dire « Oui au bois » est un acte engagé et engageant pour répondre aux enjeux écologiques et économiques de demain.

À l’initiative de Somfy et Velux en 2002, la technologie io-homecontrol® est aujourd’hui intégrée dans la conception d’un très grand nombre de produits commercialisés par les partenaires, experts sur le secteur de l’équipement de la maison.
Très simple d’utilisation, io-homecontrol® est une technologie sans fil intuitive et compatible.

io1
Ouvrir, verrouiller, allumer, éteindre, réchauffer, aérer… devient un automatisme !

Une seule télécommande permet ainsi de piloter
les différents équipements de la maison grâce
à cette technologie innovante bidirectionnelle, programmable et sécurisée.
Ouvrir, verrouiller, allumer, éteindre,
réchauffer, aérer… devient un automatisme !

 

De chez soi ou à distance, io-homecontrol® permet d’établir des scénarios de vie personnalisésio2

Fenêtres de toit, volets roulants, protections solaires, portails, portes de garage, serrures pour portes d’entrée, alarmes, éclairage, chauffage, rafraîchissement sont ainsi programmés de manière très simple et individuelle pour plus de confort, de sécurité et d’économie d’énergie !
De chez soi ou à distance, io-homecontrol® permet d’établir des scénarios de vie personnalisés
Une domotique sans fil évolutive et sur-mesure !

 

Une domotique sans fil évolutive et sur-mesure !
io-homecontrol® s’adapte selon les besoins de
chacun et permet de s’équiper facilement au gré de
ses envies… Sans fil, les produits certifiés
io-homecontrol® s’intègrent simplement lors de
la construction comme en rénovation.

http://www.io-homecontrol.com

Tags article :

L’aérogommage est un procédé respectueux de l’environnement.  Il consiste à projeter à très basse pression (0,3 bar),  un granulat d’une extrême finesse dans le but de créer des micro-impacts sur le support à traiter.

Sur la pierre, le béton, le bois, le métal, le marbre, les substrats retrouvent leur aspect d’origine, du fait de la très basse pression de projection et de la très grande abrasivité du grain. Ainsi, le support sera décaper sans que la matière soit altérée.

URBARENOV ENVIRONNEMENT est le spécialiste du nettoyage et décapage écologique par aérogommage et hydrogommage.

www.urbarenov-environnement.fr

La Société d’Aménagement de la Savoie (SAS), en partenariat avec Jean-Paul Faure Architecte et l’entreprise Ossabois, construit à Grésy sur Aix (73) une opération de 56 logements en collectif. Labellisés BBC Effinergie, les 7 bâtiments en R+3 sont dotés d’une ossature bois et de planchers en poutres en I Finnjoist® de Metsä Wood. Une première pour la région Rhône Alpes !

A proximité d’Aix les bains, 56 logements collectifs en T2, T3 et T4 seront livrés dans la commune de Grésy sur Aix fin juillet 2013. Débutée en septembre dernier, la construction de ce programme d’envergure – d’une surface SHAB de 4 032 m2 composé de 7 bâtiments collectifs en R+3 a été confiée à Ossabois, leader des constructeurs de logement en ossature bois en France depuis 30 ans. Pour le plancher, Ossabois a fait appel au savoir-faire de son partenaire historique Metsä Wood, spécialiste de la poutre en I.

Les 7 ensembles collectifs sont entièrement construits en ossature bois et enveloppés d’un bardage bois. Labellisé BBC « Effinergie » pour la première fois en région Rhône-Alpes, ce programme garantit des performances d’étanchéité à l’air, acoustiques, des consommations énergétiques faibles et la durabilité.

L’ensemble des planchers intermédiaires sont réalisés en poutres en I Finnjoist® (aussi appelées FJI) de Metsä Wood de section 58 x 300 mm et 89 x 300 mm (58 et 89 mm étant la largeur du talon, et 300 mm la hauteur de la poutre). La poutre FJI est composée de 2 talons en Kerto-S de 39 mm d’épaisseur reliées par une âme OSB-3 de 10 mm d’épaisseur. Au total, 8 130 ml de poutres FJI sont mis en œuvre sur le chantier pour une surface totale de plancher de 3 794 m2. Une chape en béton de 5 cm a ensuite été coulée sur le plancher.

La poutre FJI est apparue comme la solution idoine sur ce chantier en raison de ses nombreux avantages :

– la légèreté : la poutre FJI est moins lourde qu’une poutre en béton ou en lamellé-collé ;

– une reprise des charges importantes ;

– le pré-perçage des poutres pour faciliter le passage des gaines et des réseaux ;

– une qualité acoustique identique à celle d’un plancher en béton ;

– un confort vibratoire vérifié selon les nouvelles normes européennes ;

– une facilité de mise en œuvre en filière sèche qui permet une pose rapide avec un outillage standard.

Des planchers préfabriqués et posés selon le concept « 5D Process » d’Ossabois

En tant qu’entreprise générale, Ossabois a mis en œuvre sur cette opération son concept constructif en filière sèche baptisé « 5D Process » qui repose sur la préfabrication en usines des murs à ossature bois mais aussi des pièces humides comme la salle de bains.

Le bâti arrive sur le chantier sous forme de panneaux prêts à être assemblés (2D) : les parties les plus lourdes et les plus techniques (l’enveloppe du bâtiment, les murs, les planchers, les toitures) sont réalisées en atelier. Les planchers en poutres en i ont ainsi été préfabriqués sous forme de caissons.

Ossabois applique sa logique d’industrialisation à l’aménagement de certaines pièces intérieures (3D) : les salles de bains, WC et buanderies sont également fabriquées en atelier. Livrées sur le chantier sous forme de cellules tridimensionnelles et déposées par une grue sur le plancher avant le coulage du béton, elles sont prêtes à être raccordées. C’est aussi le cas d’une partie de l’installation électrique et hydraulique, réalisée en atelier et livrée prête à être connectée.

Résultat, le chantier est optimisé : 3 camions seulement sont utilisés pour la livraison et 3 équipes suffisent pour la construction. Les délais sont ainsi réduits : un bâtiment en R+3 de 8 logements est ainsi monté en seulement 3 semaines !

www.ossabois.fr

Le panneau isolant Diffutherm de chez Pavatex est un panneau support enduit en fibres de bois. Il a reçu un Avis Technique en avril dernier, il est donc désormais validé pour son utilisation sur construction à ossature bois avec contreventement intérieur ou extérieur.

 

Le Diffutherm est un isolant utilisable en construction neuve ainsi qu’en rénovation sur maçonnerie existante (application actuellement non couverte par l’Avis Technique). Il assure un climat intérieur sain et agréable, tout en protégeant du froid et de la chaleur.

 

www.pavatex.fr

 

Numéro azur : 0 810 79 95 30

 

Le bâtiment B ouvrira ses portes au grand public jeudi 30 mai.

Ce lieu accueille dans les étages les bureaux d’Atlanbois, de l’ONF, de l’UNIFA et du FCBA, le rez-de-chaussée est, quant à lui, dédié à l’information sur le bois et les entreprises régionales, il est ouvert au public du mercredi au samedi de 14h à 18h.

 

Pour son ouverture, le bâtiment B présentera l’actualité du bois en région : l’utilisation du bois et son impact positif sur les forêts, des exemples de construction bois en Pays de la Loire, quels sont les différents combustibles bois-énergie, information sur le bâtiment B et les différentes essences utilisée pour sa construction.

 

Seront également accessibles une matériauthèque avec des échantillons de bardage, de bois de structure, de terrasses, de lambris, de parquet, de panneaux…, plus de 300 livres et revues spécialisées sur le bois, une xylothèque où vous pourrez toucher et découvrir les différentes essences de bois. Un centre de ressources informatiques où vous trouverez de la documentation sur la construction bois mais aussi sur les métiers du bois…

 

Bâtiment B
15, boulevard Léon-Bureau
44200 Nantes

Tags article :

La statio de Woodstock permet de stocker et distribuer les granulés de bois. Il est évolutif car il permet de varier la contenance en empilant des blocs sur une même surface au sol. Il peut être placé près de votre poêle à bois ou dans une autre pièce car son design est sobre.

 

Ce produit est fabriqué en France.

 

Statio : 40,5 litres (environ 2 sacs de Woodstock bois granulés) : 64,50 euros
Bloc : 21,8 litres (1 sac de Woodstock bois granulés) : 17,50 euros

 

 

www.woodstock-bois.fr

Peut-être avez-vous eu des problèmes pour vous réapprovisionner en bois de chauffage cet hiver. En effet, l’hiver a été long et frais et vos stocks de bois de chauffage sont sans doute vite arrivés à terme. Beaucoup de professionnels eux aussi ont été confrontés à une rupture de stock.

Pour anticiper ce problème l’année prochaine, pensez à vous approvisionner en bois de chauffage au printemps.

Cela vous permet de bénéficier de ces avantages :

– Acheter son bois au printemps (entre 25 et 35 % d’humidité) et le stocker dans de bonnes conditions augmente les chances pour le consommateur d’avoir du bois sec au début de l’hiver.

– Il est financièrement avantageux de s’approvisionner au printemps car les fournisseurs de bois veulent s’assurer une continuité dans leur vente et pratiquent souvent des tarifs avantageux.

bretagneboisbuche.com

 

Tags article :
0