Menaces sur la forêt française



10 juin 2011 – Lors de leur assemblée générale annuelle le 8 juin, en l’absence du Ministre de l’Agriculture, les Forestiers Privés de France ont insisté sur les graves menaces qui pèsent sur le renouvellement de la forêt française. En écho aux initiatives qu’ils ont eux-mêmes prises, ils appellent les pouvoirs publics à agir rapidement et à tenir leurs engagements.
En clôture d’une table-ronde sur les enjeux du renouvellement de la forêt française, le Ministre de l’agriculture s’est exprimé dans un message vidéo. Il s’est personnellement engagé à mener une réforme fiscale qui garantisse l’attractivité de l’investissement forestier. Il s’est également prononcé en faveur de l’attribution à la forêt française d’une partie des certificats d’émission de carbone, qui seront mis en place d’ici 2013,  afin de pérenniser les ressources financières forestières.
Nicolas SARKOZY avait déjà demandé en avril que des mesures allant dans ce sens soient prises par le Gouvernement d’ici la fin de l’année. A ce jour, aucun calendrier de travail n’a été arrêté au niveau interministériel et les forestiers n’ont pas été sollicités.
Ces deux engagements font pourtant écho aux attentes des forestiers qui souhaitent la création d’un fonds d’investissement dédié au renouvellement de la forêt destiné à reprendre les attributions du Fonds Forestier National qui, des années 1950 à 1999 a permis notamment de reboiser plus de 2 millions d’hectares et de construire plus de 52 000 km de routes forestières.
« La France a besoin d’une politique forestière ambitieuse, sur le long terme, à la hauteur de l’extraordinaire potentiel forestier du pays et de notre engagement quotidien. Le renouvellement de la forêt exige une stabilité législative et réglementaire dont seuls les Ministres et les parlementaires peuvent être les garants. La balle est désormais dans leur camp pour sauver la forêt française d’une mort lente et programmée », rappelle Henri PLAUCHE GILLON, président des Forestiers privés de France.
« Assez de promesses politiques. Nous avons pris des initiatives, notamment pour encourager l’investissement des forestiers privés dans l’industrie de transformation du bois? Depuis la LMA en 2010, on se joue de nous, alors même que la filière bois représente plus d’emplois que la filière automobile. », regrette Luc BOUVAREL, Directeur général des Forestiers Privés de France.
www.foretpriveefrancaise.com

Votre avis sur l'article
0