La forêt au cœur de l’économie verte

Forêt et filière bois

Le 4 février dernier, Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt a réuni le Conseil supérieur de la forêt, des produits forestiers et de la transformation du bois (CSF). Cela n’était pas arrivé depuis 2009.

Cette réunion s’est inscrite dans la perspective de la préparation du volet « forêt » de la loi d’avenir sur l’agriculture, l’agroalimentaire et la forêt qui sera déposée au Parlement à l’automne.

La forêt et la filière bois sont des atouts prometteurs pour la France dans les secteurs de l’emploi, de l’investissement et du redressement productif. La filière forêt-bois enregistre un chiffre d’affaires de l’ordre de 60 milliards d’euros et mobilise plus de 400 000 emplois (si l’on prend en compte des emplois indirects liés au commerce, à la construction, à la mise en œuvre et à l’énergie).

Stéphane Le Foll a déclaré : « Ce secteur peut et doit être au cœur de l’économie verte qui se construit. Il a démontré qu’il pouvait concilier une triple attente :

le développement économique, avec de très fortes attentes sur les matériaux et énergies renouvelables issus des forêts françaises,

une excellence environnementale reconnue, notamment en termes de biodiversité,

– et une valeur sociale forte, avec près de 400 000 emplois sur la filière foret bois et les activités qui en dépendent.

Les Français sont en effet très attachés à la forêt et attendent de la voir confortée et préparée pour les nouveaux défis, au premier rang desquels le changement climatique. »

Votre avis sur l'article
0