Le projet Villavenir + Atlantique est un projet de construction de 6 maisons individuelles qui vont être réalisées selon 3 modes constructifs différents : en métal, en bois et en maçonnerie. L’objectif est de démontrer que les produits et solutions sont tous compatibles avec le BEPos (Bâtiment à Énergie Positive). Des logements sociaux à énergie positive vont être réalisés au sein d’un écoquartier avec un cahier des charges RT 2020. De plus ils seront un lieu de formations professionnelles pendant 2 ans? des spécificités qui en font une première en France.
Les équipes dédiées à chacun de ces 3 projets ont finalisé leurs études et arrêté leurs choix techniques.

Voici celles du bois : 
Présentation de l’équipe projet
Entreprise mandataire : M. André Lefèvre – CRUARD Charpente SA
Architecte : M. Sylvain Gaste – ALTERSMITH
Bureau d’Études Fluides : M. Vincent Braire – POUGET Consultants

L’entreprise mandataire, CRUARD CHARPENTE SA
L’entreprise Cruard Charpente est une entreprise basée à Simple (53), qui a plus de 50 ans d’expérience dans la construction de maisons à ossature bois.
Elle propose un outil industriel performant toujours optimisé pour accompagner l’évolution des marchés. L’équipe de plus de 100 personnes est notamment composée d’ingénieurs et de techniciens formés aux nouvelles technologies.
Les valeurs de l’entreprise sont fondées sur la réactivité, le savoir-faire et le sérieux, mais également sur la sécurité et l’organisation, tout en s’inscrivant dans une démarche du respect de l’environnement.

La motivation principale de l’entreprise à participer à ce projet était de créer une synergie pour trouver dans une démarche collective en conception/réalisation les meilleures orientations pour construire des logements individuels groupés en solution BEPos*, dans le domaine de la construction bois. En effet, à travers sa participation, Cruard Charpente souhaite devenir force de proposition et servir d’exemple. L’entreprise se fixe ainsi un certain nombre d’objectifs à travers ce projet :
1) Approcher un coût de construction accessible pour tous.
2) Prouver une réalisation dans un délai maîtrisé.
3) Performer et optimiser les coûts pour une reproductibilité du produit si possible en ayant un coût de construction décroissant.
4) Proposer un produit avec un coût de maintenance le plus faible possible y compris un coût global (construction, maintenance et exploitation).

Les partis pris architecturaux
L’agence Altersmith a présenté un ensemble de construction entièrement bâti en bois : murs périphériques en panneaux d’ossature bois.
Le bardage est en lames verticales bois. Ces logements répondent à des exigences architecturales, et notamment l’accessibilité : chaque logement est conçu de plain-pied de façon à ce que chaque pièce de vie (cuisine, salon-séjour, chambres) soit en contact direct avec l’extérieur, et facilement accessible pour tous les usagers potentiels. Compte tenu de ces objectifs d’accessibilité et de simplicité de construction, la couverture de ces logements est en terrasse.
L’architecte répond également à une exigence d’orientation : les différents paramètres de ce projet (terrain, programme…), conduisent à privilégier une orientation sud pour les pièces dites «de jour» (cuisine, salon-séjour). Ces éléments du programme sont donc largement ouverts (portes-fenêtres) sur un jardin orienté sud-sud-est.
Côté confort, la terrasse (pour le logement Est), et le patio (pour le logement Ouest), sont les accès au logement. Le patio de la maison Ouest constitue une «pièce supplémentaire» au logement. Il permet un accès extérieur en préservant l’intimité des occupants. La terrasse du logement Est est un prolongement des pièces de vie avant l’accès au jardin. Hormis l’orientation privilégiée, le salon est traversant entre le jardin sud et une terrasse/patio. L’ensemble des pièces est accessible aisément de plain-pied.
*Bâtiment à Énergie Positive

Les orientations techniques du Bureau d’Études
– Pouget Consultants
« Dès l’origine, nous nous sommes inscrits dans une conception bioclimatique du projet, ce qui nous a poussé à travailler la compacité et les orientations techniques pour ces 2 maisons en bois », précise Vincent Braire. Les 2 maisons, formant un «L», seront accolées dos à dos afin de limiter la surface de parois déperditives. Nous avons également opté pour de larges baies au sud sur le jardin mais pas d’ouvertures au Nord.
La toiture en terrasse sur toute la surface habitable accueillera la membrane photovoltaïque.
Cette démarche nous a conduit à retenir les équipements suivant :
Les murs extérieurs : le mode constructif est adapté au système de préfabrication de la maison bois, avec l’entreprise mandataire et également fournisseur : Cruard Charpente.
Les murs sont montés en atelier, prêts à assembler sur le chantier ; cela présente l’avantage d’optimiser l’étanchéité à l’air car les murs contiennent directement les menuiseries. « Nous avons convenu avec le fabricant un type d’isolation en ouate de cellulose entre ossatures complété par un isolant à base de vêtements recyclés en tant que doublage intérieur. », précise M. Vincent Braire.
Les menuiseries PVC double vitrage : le choix s’est porté sur des menuiseries très performantes en PVC, sur la base d’un double vitrage peu émissif avec gaz argon. Il convient de trouver la meilleure adéquation entre les déperditions thermiques et les apports solaires.
La ventilation : une des maisons sera équipée d’une VMC simple flux hygroréglable avec un moteur à très basse consommation. L’orientation technique reste à définir pour l’autre maison.
Le chauffage électrique : « Nous avons opté pour ce type de chauffage pour 2 raisons : éviter les systèmes à inertie pour garantir du confort à l’usager. La maison bois possédant moins de masse qu’une maison traditionnelle, elle est soumise à des variations de températures plus grandes et plus rapides, il faut alors garantir un temps de réponse des émetteurs de chauffage assez rapide. Ce qui n’est pas forcément le cas avec les systèmes à eau chaude (gaz, PAC). Cette réflexion est d’autant plus vraie que les besoins de chauffage sont ici très faibles (environ 5kW).
La seconde raison est liée à un calcul économique, qui démontre que cette solution est pertinente à long terme. La performance énergétique est un peu moins bonne selon le calcul réglementaire mais le temps de retour est meilleur ! Faibles besoins + investissement moindre + maintenance réduite = économies durables. Ceci nous a paru prépondérant d’autant plus que nous livrons les maisons à un bailleur social.
Une maison sera équipée de panneaux rayonnants électriques avec détection d’absence, régulation optimisée.
L’eau chaude sanitaire sera assurée par un ballon thermodynamique puisant les calories sur l’air extérieur. Le principe énergétique n’est pas encore validé sur l’autre maison.
Les membranes photovoltaïques : environ 70m² de membrane photovoltaïque faisant également office d’étanchéité pour la toiture terrasse seront installés sur les maisons. Cela représente environ 80% de la surface de toiture.
Un volet instrumentation / suivi des consommations sera prévu afin d’assurer une continuité entre les données théoriques et les pratiques quotidiennes des familles. La moitié de la facture énergétique d’un foyer est liée au comportement, il convient d’accompagner les occupants très en amont pour prévenir les dérives, agir en conséquence si elles sont constatées par les mesures. Ces retours d’expérience sont importants.

La société Bodart & Gonay présente son nouveau foyer bois, le Infire 800 Green.
Avec son principe de combustion, ce foyer nouvelle génération ne rejette que 0,02% de CO. Son rendement quand à lui atteint 75,5%.
Son étanchéité parfaite lui permet d’être homologué maison passive.

Ce foyer est équipé de ventilateurs centrifuges dont la puissance permet de répartir rapidement la chaleur. Les buses d’évacuation et un clapet pivotant offrent la possibilité d’orienter la chaleur vers d’autres pièces.
Et le système de prise d’air extérieur garanti aucune entrée d’air froid.

Concertant l’aspect esthétique du foyer, trois types de cadres sont disponibles (30 ou 40 mm, sur 3 ou 4 côtés). Vous pouvez également choisir le type de façade : métallique traditionnelle ou vitrée contemporaine.

Caractéristiques :
Dimensions de la face avant : 801 x 621 mm (cadre 4 mm 4 cotés)
849 x 670 mm (cadre 30 mm 4 cotés)
879 x 640 mm (cadre 30 mm 3 cotés)
Dimensions de la vitre : 665 x 384 mm
Poids : 130 kg
Taux de CO : 0,02%
Garantie 6 ans
Prix : 3 053 euros

Pour plus d’infos, cliquez ici.

L’étude du cabinet Alcimed Prospective sur le marché actuel des nouveaux produits issus du bois et des évolutions à échéance 2020, parue en février 2012, a posé un regard très lucide sur le bois construction. Extraits.

C’est un marché dynamique, reposant sur un tissu d’entreprises atomisé et essentiellement composé de TPE/PME positionnées sur leurs marchés locaux.

Bien qu’en position de challenger par rapport à la maçonnerie et au métal, l’utilisation du bois en construction a augmenté de 40 % de 2003 à 2006, contre 20 % pour la construction en général. Ce dynamisme a profité au secteur des charpentes, et dans une moindre mesure au secteur des panneaux construction et à la menuiserie, avec une augmentation des quantités produites de 10 %. Les cinq catégories majeures de produits sont les suivantes : couverture et structure de l’habitat, ouverture et agencement, revêtement de sol et mur, revêtement extérieur et aménagement extérieur.

Marché actuel des nouveaux produits issus du bois et évolution

Le bois construction est un secteur atomisé regroupant plus de 2 000 producteurs de taille variable, avec un poids économique fort des PME/TPE qui représentent plus de 90 % des acteurs. Le marché se traduit ainsi par une dualité avec un nombre réduit d’acteurs de dimension industrielle produisant des habitations résidentielles à ossature bois, principalement pour des primo-accédants, et une multitude de PME/TPE positionnées sur des marchés locaux, principalement dans le cadre de la construction de maisons d’exception pour des secundo-accédants.
La multiplicité des acteurs sur le marché est un point noir en termes d’industrialisation et de propositions d’offres. Notons néanmoins que l’on observe depuis peu l’arrivée d’acteurs d’envergure non issus du bois, tels que Bénéteau ou Bouygues Immobilier, bénéfiques à la structuration du marché, notamment en termes d’industrialisation. Il est également caractérisé par une chaîne de valeur complexe qui comprend les prescripteurs (architectes, bureaux d’étude, maîtrise d’?uvre), les concepteurs, fabricants et commerçants des maisons ainsi que les commerçants du bois.

Cet essor est d’origine règlementaire et poussé par une demande croissante, mais un manque d’encadrement règlementaire propre limite son amplitude.
Le dispositif d’accompagnement fixant les objectifs à atteindre et définissant les actions à mettre en ?uvre dans le cadre du bâtiment à moindre impact environnemental (RT2012 et BEPOS à horizon 2020) tire l’essor du bois dans la construction.
Ainsi, la RT 2012, qui vient renforcer la RT 2005, a pour but de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs. Elle exige notamment le traitement à la perméabilité à l’air, le traitement des ponts thermiques, un niveau d’efficacité énergétique minimale concernant le chauffage, la climatisation et l’éclairage artificiel.
Or, dans une maison en bois, les ponts thermiques sont traités automatiquement par la technique constructive qui isole le bâtiment par l’extérieur. De nombreux isolants thermiques à base de bois sont également commercialisés. Le bois s’y positionne donc naturellement du fait de ses qualités intrinsèques : matériau renouvelable, faible consommation d’énergie pour sa production et transformation industrielle, contribution à l’équilibre économique et paysager des territoires, contribution à la lutte contre le réchauffement climatique, etc., et il peut donc jouer un rôle prépondérant dans la rénovation et la réhabilitation énergétique des bâtiments, grâce à ses qualités écologiques et techniques, notamment sur le plan thermique.

Par contre, le dispositif français actuel n’est que peu spécifiquement orienté vers le bois, malgré quelques initiatives importantes, mais non ou insuffisamment suivies de faits. La charte bois environnement construction, signée entre l’État et les principales organisations professionnelles en mars 2001, prévoyait une augmentation progressive du bois dans la construction, sur la base de 10 objectifs prioritaires. L’objectif était d’atteindre une part du bois dans la construction de 12,5 % en 2010 puis 20 % en 2020 dans le but de réduire approximativement de 7 millions de tonnes par an l’émission de CO2. Néanmoins, elle n’a pas été suivie d’effets, les objectifs annoncés n’ayant pas été atteints, puisque la part du bois dans la construction stagne encore à 10 %.

Un label « bâtiment biosourcé », s’adressant aux constructions neuves et réhabilitations lourdes, est par ailleurs en cours d’élaboration avec les professionnels par le ministère de l’Écologie, du
Développement durable, des Transports et du Logement. Son objectif est de valoriser les constructions neuves incorporant une part significative de matériaux d’origine végétale ou animale. Plusieurs niveaux d’exigence seront liés aux objectifs du Grenelle de l’Environnement en fonction du taux de matériaux biosourcés incorporés dans le bâtiment répondant à certains critères permettant d’apprécier leur qualité. De même et grâce à son caractère renouvelable, l’usage du bois permet de répondre aux critères attendus de ce label.

D’autre part, les mutations sociétales actuelles, les pressions démographiques caractérisées par un mouvement de migration vers le périurbain, ainsi que la montée des préoccupations environnementales encouragent l’utilisation du bois dans la construction.

La part du bois a ainsi augmenté, sans atteindre néanmoins ses objectifs et sans que le dispositif actuel ne permette de suivre précisément son utilisation.
Peu de chiffres sont disponibles pour mesurer l’augmentation du bois construction au niveau national.

Le seuil minimum d’incorporation du bois dans les constructions neuves a été augmenté par dix depuis 2010. Initialement fixé à 2 dm3/m2 par le décret de Loi sur l’Air de décembre 2005, ce minimum a été rehaussé à 20 dm3/m2.
Ce plancher correspond au niveau moyen actuel estimé, une maison ossature bois pouvant aller de 15  dm3/m2 (ossature non porteuse) à plus de 200 dm3/m2 (ossature porteuse et plancher porteur bois) et une maison à charpente en bois dépassant les 40 dm3/m2.

Une démocratisation de l’utilisation du bois construction est observée depuis quelques années avec une typologie de clientèle élargie. On peut noter que le nombre de maisons individuelles en ossature bois a augmenté de plus de 40 % de 2003 à 2006, alors que dans le même temps, le nombre total de constructions n’a augmenté que de 20 %. De même, la part des maisons en bois dans le total des permis de construire des maisons individuelles connaît une augmentation constante depuis 2003. Elle représentait 4 % en 2003, 5 % en 2005 et 7 % en 2009. Cette tendance actuelle bénéficie à tous les marchés de la construction en bois : le résidentiel avec la maison individuelle, les maisons groupées et le collectif, mais aussi le tertiaire. Seuls les immeubles de plus de 3 ou 4 étages font encore peu appel au bois construction en France.

À lire également :
– La construction bois à l’étranger
– La filière bois, moteur de croissance

Le bambou est une alternative écologique, esthétique et durable aux bois exotiques. C’est une plante à croissance ultra-rapide récoltée tous les 5 ans.
Écologique, cette matière première est rapidement renouvelable et se régénère naturellement.  C’est pourquoi il est une excellente alternative aux bois exotiques, qui mettent des décennies à se reproduire.

C’est pourquoi Deck-Linéa propose de nouvelles lames de terrasse en bambou : Mekong.
Ces lames sont fabriquées à partir de fibres de bambou thermotraitées et compressées à haute densité, une technique unique au monde et brevetée.

Les points forts des lames Mekong :
– Ces nouvelles lames ont été modifiées chimiquement par thermotraitement ce qui permet d’améliorer sa durabilité et sa stabilité, en empêchant le développement des moisissures et micro-organismes.
– La compression des fibres permet au bambou de devenir plus dense et donc d’être plus résistant, notamment face aux chocs.
– Les lames sont naturellement esthétiques, leur couleur varie de brun jaune à brun rougeâtre selon les fibres. Huilées, elles ressemblent au bois exotique ipé. Au fil des saisons, le bambou peut prendre une patine gris argent.
– La pose des lames est facile, elles peuvent se fixer à l’aide de vis ou de clips. Les rainures permettent une fixation par clips invisibles, plus rapide et un démontage des lames facile.

Caractéristiques :
Dimensions : ép. 18 mm x l. 137 mm x L. 1,85 m
Prix public indicatif : 79 euros TTC/m2
Liste des points de vente sur www.deck-linea.com

 

 Une étude passionnante sur la filière bois vient d’être livrée. 200 pages destinées à faire passer la filière de fardeau à atout. Le mot bois prend ici toute sa place. Il faut entendre arbre bien sûr, dans toutes ses composantes mais aussi lignine, sciures, hémicelluloses, feuilles… Le site écomaisonbois.fr vous propose de découvrir comment dans 8 ans vous ne parlerez plus que de filière bois, filière non délocalisable.

L’étude en question est on-ne-peut-plus sérieuse. Elle a été commandée au cabinet Alcimed par le pôle interministériel de prospective et d’anticipation des mutations économiques (PIPAME (1)). Le thème de cette étude est passionnant : Marché actuel des nouveaux produits issus du bois et évolutions à échéance 2020. Les résultats le sont tout autant. Peut-être grâce à un comité de pilotage aux membres triés sur le volet (2) et près de 80 entretiens avec des experts nationaux et internationaux.

(1) Le pôle interministériel de prospective et d’anticipation des mutations économiques (PIPAME) a pour objectif d’apporter, en coordonnant l’action des départements ministériels, un éclairage de l’évolution des principaux acteurs et secteurs économiques en mutation, en s’attachant à faire ressortir les menaces et les opportunités pour les entreprises, l’emploi et les territoires.
(2) Parmi les membres du comité de pilotage, se trouvaient des responsables du FCBA, du Pôle Fibres, de Forêt Privée Française, de Xylofutur, de l’INRA, de l’ENSTIB, de l’École supérieure du Bois, etc.

Cette analyse des nouveaux produits issus du bois débouche sur 6 leviers d’action principaux, déclinés en 26 mesures phares, agissant sur l’ensemble de la filière bois française, depuis l’effort de mobilisation du bois et de première transformation par les scieries jusqu’aux utilisations industrielle et énergétique, et ayant pour but de lancer une réelle dynamique et une véritable cohésion autour de la filière bois française.

Le bois : un atout pour la croissance

Rappelons que la filière bois représente le 2e poste du déficit commercial français après le pétrole. Rappelons aussi que la forêt française est la 3e forêt d’Europe en termes de ressources. Elle est sous-exploitée et grandissante. Pire, on plante de moins en moins. Le Grenelle de l’environnement, la RT 2012, la future RT 2020, les réglementations internationales, les conférences sur le climat, ont amorcé des opportunités que le filière bois française a laissé passer.

Pourtant le bois (massif, fibre, chimie et énergie) répond à des opportunités nouvelles de croissance, qui découlent de préoccupations à la fois économiques et environnementales.

Les freins susceptibles de contrarier les opportunités de croissance

La forêt française est hétérogène et morcelée. Elle est, en outre, pas complètement adaptée à l’exploitation industrielle. La proportion de forêts possédée par des personnes physiques ou morales dont l’activité principale concerne la récolte ou la valorisation du bois est par ailleurs très faible, de l’ordre de 1 à 2 %, alors que ce chiffre est de 37 % en Suède, ou de 8 % en Finlande.
Les acteurs de la filière sont eux-mêmes très différents entre eux (1re et 2e transformation par exemple). Les activités sont très différentes (agriculture/industrie, industrie de main d’?uvre/industrie de process).
Il y a part ailleurs un déficit de formation (initiale et continue) et un déficit de connaissance du bois par le grand public. L’image du bois est parfois même plombée par l’image du bois que donnent les professionnels de matériaux concurrents (l’image d’un matériau vieux).

Parmi les autres freins au développement de la filière, il y a des problèmes d’économies d’échelle. Pas de standard de production. Difficultés d’accès aux crédits entraînant des difficultés pour investir.

Un autre frein est plus surprenant. Les difficultés à mobiliser et à accéder à la ressource en amont créent des conflits entre les différentes formes d’utilisation du bois (construction, ameublement, papier, chimie, énergie). Il faut des arbitrages.

La filière bois se découpe en 4 segments principaux : le bois massif, le bois fibre, le bois chimie, le bois énergie.

Le bois massif offre un vaste champ d’application (emballage, ameublement, construction).
C’est la construction qui innove le plus avec le bois massif (à travers l’ossature bois, les poutres en I, les matériaux mixtes, les bois d’ingénierie). Les bois reconstitués (bois contrecollés, panneaux) offrent aussi un fort potentiel de croissance du marché. Parmi les dernières avancées technologiques, deux process (le bois abové et le système 5D « Industrialisation ») sont des innovations françaises qui impactent la 1re transformation et les scieries.

Le bois fibre concerne traditionnellement l’industrie papetière. Parce que la production stagne, il s’agit de diversifier les débouchés. L’isolation en fibre de bois dans le secteur de la construction bois est un bon exemple de débouché. Les matériaux composites aussi (dont le bois plastique). En termes d’innovation, la fonctionnalisation des fibres permet de développer des applications à haute valeur ajoutée dans des secteurs très variés, visant ainsi de nouveaux produits sur de nouveaux
marchés, à l’image de l’électronique imprimée et des matériaux barrière et fonctionnels.

Le bois chimie est un secteur émergent qui a de nombreuses opportunités : la chimie des matières extractibles et la gazéification. Il y a aussi la chimie pour le bois, qui concerne la construction. Dans ce cas la recherche s’oriente vers l’utilisation de matières premières renouvelables, issues du bois ou non pour les applications suivantes : colles et résines, traitements de préservation et de durabilité et
aspect et finition.

Enfin le bois énergie. À son sujet le rapport est formel : vue les conflits d’usage, le bois énergie doit être la dernière valorisation possible. Il faut par ailleurs développer des biocombustibles utilisant la ressource qui n’est actuellement pas valorisée.

Marché actuel des nouveaux produits issus du bois et évolution

L’analyse des nouveaux produits issus du bois et des quatre secteurs qui leur sont associés a fait ressortir que si les différentes filières bois avaient jusque-là évolué en parallèle, la structuration d’une filière bois française unique ne pourra se faire qu’à condition de développer l’ensemble des applications en cohérence les unes par rapport aux autres.

Désormais conscients des enjeux et de l’immobilisme relatif des dernières années, les constats étant pratiquement identiques depuis trente ans, les professionnels du secteur semblent vouloir se donner les moyens de développer leur compétitivité et se structurer pour affronter la concurrence des acteurs internationaux, mais aussi celle provenant des matériaux émergents ou traditionnels comme le béton, l’acier, le pétrole, etc. Toutes les parties prenantes s’accordent sur le fait qu’il est important de ne pas reproduire les erreurs du passé et d’adopter une position proactive pour préparer non seulement 2020, mais également les échéances ultérieures.

Le développement de la filière bois en France et l’accompagnement de sa structuration ne pourra se faire sans un soutien fort et adapté des pouvoirs publics, tant au plan national qu’à l’échelon local.

Les 6 leviers d’action qui agissent sur les 4 secteurs de la filière

1. Accompagner la structuration de la filière par la mise en place d’une Vision Stratégique Nationale. À l’instar des pays les plus compétitifs dans la valorisation du bois, les pouvoirs publics doivent jouer un rôle moteur dans la définition d’une Vision Stratégique Nationale, première étape et véritable pierre angulaire pour accompagner la structuration de la filière et assurer les arbitrages indispensables à une utilisation cohérente de la ressource. Cette vision ambitieuse, concertée et partagée permettra de coupler innovations techniques, organisationnelles mais aussi communication et marketing avec des avantages multiples évidents.

2. Agir sur le bois construction, principal marché à court terme. En 2 points :
2.1. Faire avancer les normes et réglementations françaises, principaux freins au développement du bois construction.
2.2. Le deuxième axe de mesures doit permettre de développer l’industrialisation de l’offre de la filière bois construction en développant la qualification du bois après séchage et en favorisant les échanges entre 1ère et 2e transformation pour faire émerger les besoins et consolider l’offre existante. La modernisation des scieries constitue également un élément critique, à la fois pour appuyer la modernisation et le développement de scieries compétitives aux niveaux national et international en renforçant les dispositifs de soutiens existants, mais également en accompagnant autour de projets régionaux l’équipement de scieries de plus petite
Un observatoire national du bois sera mis en place pour évaluer la pertinence des politiques de soutien et l’atteinte des objectifs.

3. Animer et promouvoir la communication. Les mesures principales doivent permettre de favoriser la communication entre les acteurs de la filière et d’attirer les majors qui n’appartiennent pas à la filière en créant notamment des lieux de rencontre et d’information pour développer des projets communs,

4. Renforcer la formation initiale et continue.

5. Soutenir la R&D. Cela concernera essentiellement le bois fibre, le bois chimie et le bois énergie (à travers la biocombustion).

6. Optimiser la gestion et la mobilisation de la ressource. Si cela n’est pas fait, cet aspect sera critique pour l’essor du bois en France à l’horizon post 2020. Cela devra même constituer une priorité pour la Vision Stratégique Nationale. Il s’agira d’atténuer les effets du morcellement, de moderniser la récolte et la contractualisation des approvisionnements. Les besoins en essences devront rapidement être évalués pour assurer les besoins futurs.

À lire également :
– La construction bois à l’étranger
– Étude sur la construction bois

Gedibois, enseigne dédiée au bois-panneaux, lance la deuxième édition de son catalogue « L’essentiel du bois ». La première édition avait été publiée en 2009.
Ce catalogue est destiné aux clients et aux adhérents de Gedibois. Il s’adresse aux professionnels qui veulent confronter leur savoir-faire, mais également aux particuliers avertis, qui souhaitent obtenir des informations professionnelles. Ils peuvent ainsi y trouver des informations complètes sur l’univers du bois et des solutions sèches, les différentes composantes de la construction, de la rénovation et de l’extension. Différents rappels sur la réglementation et les  nouveautés 2012 y sont également présentées.
www.gedibois.fr

Cette formation, organisée par Inter Forêt-Bois 42 et Sylva Conseil, est destinée aux responsables de maîtrise d’ouvrage, architectes, chefs d’entreprises et artisans ayant déjà une certaine expérience de la construction à ossature bois. Elle se déroule les mardi 25 septembre, lundi 1er et mardi 2 octobre à Saint-Étienne (42).
Ses objectifs sont de :
? Maîtriser les qualités du matériau bois et de ses dérivés ainsi que les exigences réglementaires et qualitatives de son emploi dans la construction.
? Connaître les bases de la thermique du bâtiment, les réglementations thermiques prévues en 2012 et 2020, le label «passif », ainsi que la façon dont le bois peut répondre à ces nouvelles exigences.
? Utiliser un guide technique détaillé de solutions à haute performance énergétique et compétitives, basé sur la technique à ossature bois et permettant d’atteindre dès aujourd’hui les exigences prévues en 2020.

Au programme :

– Les connaissances essentielles sur l’emploi du bois et de ses dérivés dans la construction.
– Les bâtiments bois à basse consommation d’énergie.
– Étanchéité à l’air en construction bois.
– Guide de conception technique.
– Échanges et évaluation.

Attention : le nombre de places est limité à 15 personnes et les inscriptions sont prises par ordre d’arrivée.
Cliquez ici pour télécharger le bulletin d’inscription.

Eco Maison Bois n°70

décembre janvier février 2024

Nouvelle formule – Construire en 2024 – Isolation – Maison Passive – Toiture végétalisée

You have Successfully Subscribed!

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner à la boutique