Guide pratique

L’hiver a été long et pluvieux cette année, et les beaux jours se sont fait attendre mais c’est enfin la saison estivale qui s’annonce. Quoi de plus normal de passer à l’acte et enfin réaliser cette terrasse en bois dont vous parlez depuis des mois, des années ?
Terrasse en bois Carresol

La première question que vous allez vous poser est : En quel matériau vais-je la faire ?
Pierre, carrelage, bois naturel, bois composite, bois carbonisé… les possibilités sont nombreuses. Ensuite vous allez tout naturellement comparer les prix entre les matériaux de même type puis entre les matériaux de type différent.

L’essence de bois Le douglas est-elle plus intéressante que le pin Maritime ou que le pin des Landes ? Le bois mélèze est-il plus intéressant que le carrelage ?
Le petit tableau Excel que vous allez vous faire pourtant ne tiendra pas compte de votre sensibilité pour un matériau plutôt qu’un autre et encore moins de votre mode de vie.

La troisième question après le type de matériau et le prix sera : Ai-je envie d’avoir une terrasse que je devrais entretenir tous les ans, tous les 5 ans ou jamais… ?
Et enfin, dois-je respecter certaines règles si c’est une terrasse au bord d’une piscine ou si c’est une simple terrasse devant ma baie vitrée pour faire un barbecue aux beaux jours ?

Lames de terrasse en bois Carresol

Dans cet article nous allons essayer de vous aider à procéder par élimination suivant vos désirs et suivant l’utilisation que vous allez faire de cette nouvelle pièce à vivre si elle est couverte ou si elle est à l’air libre.
Ensuite les contraintes de sol ou de pente pourront aussi dicter vos choix, car tout ne s’adapte pas partout. Le bon revêtement pour la bonne utilisation, le bon support pour le bon terrain, mais tout ceci n’est qu’une évidence.
L’aspect écologique sera aussi pour certaines personnes un critère primordial et limitera encore un peu plus le choix des matériaux à utiliser.
Mais pas de panique, nous allons évoquer l’ensemble des cas de figure que vous pourriez rencontrer notamment l’esthétisme, le confort, la luminosité, …

Pour parler du matériau que nous connaissons le mieux nous allons donc évoquer celui qui nous semble le plus noble : Le bois.
Pour choisir un bois de terrasse il y a quelques règles à respecter. Ces règles sont dictées par les professionnels de la filière par un document que l’on appelle DTU.

Ce DTU (Document Technique Unifié) vous donnera toutes les solutions aux questions que vous pourriez vous poser, notamment dans le choix des essences, dans le choix du support sur lequel vous allez poser vos lames de bois…

Pour voir le dossier Terrasse en  entier, commandez le  Numéro 48  d’Éco Maison Bois !

Tags article :

Comment améliorer durablement le confort de sa maison

Depuis 2009, la PME Familiale Industrielle Ouateco, a développé la production de ouate de cellulose de très haute qualité thermique, dans une démarche unique d’économie circulaire. Une technologie Finlandaise a été choisie, avec l’ensemble du cahier des charges permettant de garantir un matériau isolant biosourcé respirant, ignifugé et validant 50 ans de durée de vie.

Quelle solution choisir ?

Planchers, toitures, combles perdus, murs, plafonds… Les isolants « OUATECO » sont destinés à tous ces domaines en neuf comme en rénovation, dans l’habitat comme dans les bâtiments Publics.
La laine de cellulose « OUATECO » se pose rapidement, avec une machine cardeuse souffleuse, suivant trois techniques simples et qui s’adaptent à tous les cas de figure. Le produit peut être est soufflé dans les combles perdus, ou alors insufflé dans les compartiments des pans de toiture, dans les murs des ouvrages ou les membranes d’étanchéité à l’air armée, de type Ecofoil one. Il peut également être appliqué par projection humide sur un support. Cette solution permet une économie de chauffage supérieure à 35% en rénovation et une baisse des températures de 5 degrés, en moyenne, l’été, dans la maison.
Le choix d’une ouate de cellulose dans une isolation répond à plusieurs critères essentiels pour garantir un fonctionnement économique et performant de sa maison. Le critère très répandu du R (résistance thermique) dans les objectifs de rénovation, permettant d’obtenir du crédit d’impôt et des certificats d’économies d’énergies, est basé sur une économie potentielle de consommation d’énergie en hiver. Cette valeur ne tient pas compte des éléments complémentaires essentiels à un fonctionnement confortable de votre habitat :
– Le déphasage correspondant au confort d’été.
– L’inertie qui permet à un matériau d’emmagasiner de la chaleur et de la restituer.
Les mesures réalisées avec des outils d’analyse d’étude thermique dynamique mettent en valeur ces 3 caractéristiques sur la ouate de cellulose Ouateco. Le secret ? Un recyclage de fibres végétales issues de papiers fabriqués à base de fibres de bois, collectés localement.

Rénovation ouateco
Rénovation ouateco

Cette solution permet d’obtenir une matériau isolant économique, qui laisse respirer vos murs en évitant de stocker l’humidité. La sélection des papiers garantie un lambda de 0.038 avec de l’air enfermé dans la laine qui assure un double effet d’isolant thermique et acoustique. C’est pour cela que les Finlandais ont choisi cette solution efficace contre les grands froids et les grandes chaleurs. Dans la solution que vous retiendrez pour isoler votre habitat, l’impact carbone est un élément déterminant pour notre environnement. La ouate fait partie des matériaux biosourcés les plus vertueux grâce à la faible consommation d’Énergie liée à son procédé de fabrication. Chez Ouateco, ils ont pris la décision de produire dans un bâtiment industriel biosourcé « Positif ».
Le premier chantier a été réalisé dans le Lot en soufflage de combles, avec la ouate Ouateco Nature. La particularité de cette ouate est liée à sa fabrication avec des papiers Krafts, sans encre, collectées dans une zone de 60 kilomètres autour de l’usine, ce qui permet d’avoir un impact très limité sur le transport. La ouate Nature de Ouateco est certifiée « Excel Gold » et valide une absence de polluant dans l’air intérieur de l’habitat. La mise en œuvre d’une R de 8,5 correspond à une épaisseur de 32 centimètres après tassement, soit 40 centimètres avant tassement (le tassement CSTB de ouateco étant de 20%). Afin de supporter les 14 kilos au m2 sur le plafond, les rails ont été installés tous les 40 centimètres.

Pour voir le dossier rénovation en  entier, commandez le  Hors-série 22  d’Éco Maison Bois !

Creative CCO
Copyright Creative CCO

Il existe toujours 5 systèmes constructifs que vous soyez en 2017 ou en 2018. Le Colombage, Le bois massif empilé (Fustes, Rondins, Madriers, …), l’ossature bois (système le plus répandu), le système poteaux poutres et le panneau de bois massif (collé ou cloué).
Le colombage, la fuste, le rondin ancestralement utilisés font de moins en moins partie du paysage de la construction. Pour la fuste les permis de construire sont compliqués à obtenir mais les quelques fustiers qu’ils nous restent en France savent se battre et répondre à la RT 2012 et à l’étanchéité à l’air en surdimenssionnant leur murs.
En 2018 les agrandissements, les rehaussements et la rénovation garderont comme en 2017 une importante part du marché, notamment en ville et aux alentours des grandes agglomérations. Le foncier (terrain) étant de plus en plus cher, les propriétaires choisissent souvent d’agrandir l’existant plutôt que de construire. Le prix : il est toujours le même, un peu comme si vous achetiez une voiture, tout dépendra des équipements que vous allez utiliser.
Trop souvent les futurs propriétaires regardent le prix en bas du devis, mais est-ce bien cela qu’il faille regarder ? Si vous comparez une maison en parpaings ou en briques il est certain que le prix sera légèrement plus élevé pour une maison en bois (2 à 5 % – Encore faut-il pouvoir comparer ce qui est comparable). Mais si vous regardez sur 10, 20 ou 30 ans alors la maison en bois sera plus économique car moins énergivore.
Et l’entretien de la maison en bois en 2018 ? Toujours pas de changement, le bois grise avec le temps, mais les saturateurs sont là pour stabiliser esthétiquement ce phénomène chimique. Le bois brûle dans votre cheminée et ça sera toujours le cas en 2018 mais les maisons en bois ne brûlent pas plus que les maisons en béton. On pourrait même affirmer l’inverse mais on ne nous croirait pas. La maison bois est plus résistante que la maison en parpaing (à épaisseur de mur égal) notamment en zone sismique ça c’est une certitude. Le bois est plus flexible.

Par Fred Lhomme

Maisons bois médiévales

Par Pascal Nguyen

Vous avez un projet de construction d’une maison en bois ? Pour le finaliser, voici les différents changements de la règlementation, des aides à la construction et des prêts immobiliers dont il vous faut tenir compte.
Tout bouge dans ce monde. C’est un constat qui s’applique évidemment à la construction où la règlementation, les dispositifs d’aides et, plus encore, les conditions de financement
évoluent au fil des ans, voire des mois.

De nouvelles règles et labels

L’année 2017 aura vu l’application du décret n°2016-1738 du 14 décembre 2016 relatif à des dispenses de recours à un architecte. Ce décret fixe le seuil de recours à ce professionnel à 150m² de surface de plancher. Pour toute « construction édifiées ou modifiées par les personnes physiques » dont la surface de plancher dépasse ce seuil doit donc faire appel à un architecte. Ce seuil s’applique à toutes les demande de permis de construire de maison individuelle déposées depuis le 1er mars 2017. Auparavant, ce seuil était fixé à 170 m2.

En mars 2017, de nouveaux labels ont été lancés par Effinergie. Pour rappel, cette association est à l’origine du label BBC (Bâtiment basse consommation) qui a été précurseur de la Règlementation thermique 2012 (RT 2012) actuellement en vigueur.
Il nécessite notamment que la maison soit conforme à la RT 2012 ainsi qu’aux exigences du référentiel expérimental E+C-, qui vise à ce que les constructions soient à énergie positive et qu’elles réduisent leur bilan carbone. Ce référentiel définit 4 niveaux de performances énergétiques : les niveaux 1 et 2 équivalent à 5% et 10% de réduction de la consommation par rapport à la RT 2012 (50 kWhep/m².an en moyenne), le niveau 3 à 20% de réduction et au recours pour 20 kWh/m².an aux énergies renouvelables, et pour le niveau 4, il faut que la maison produise autant d’énergie qu’elle en consomme. Quant au bilan carbone, il existe deux niveaux : 1 et 2. Pour décrocher le label BBC effinergie 2017, la maison doit atteindre le niveau Energie 2 et le niveau Carbone 1. Pour le BEPOS effinergie 2017, elle doit atteindre respectivement 3 et 1. Et enfin, pour le label BEPOS+ effinergie 2017, elle doit être Energie 4 et Carbone 1. Décrochez un de ces labels est l’assurance d’un bâtiment en pointe en matière de performances énergétiques et environnementale. Ce qui vous assure une certaine assurance également sur sa valeur dans le futur.

Chalet Bois
Copyright Creative CCO
Intérieur Chalet Bois

pour lire la suite, commandez le numéro 46 d’Éco Maison Bois !

L’extension représente pour beaucoup la possibilité d’ajouter à une maison existante des pièces en plus ou d’augmenter la surface des pièces existantes. Un plus grand séjour, plus de chambres ou une seconde salle de bains, comptent parmi les demandes les plus fréquentes. Un vrai changement dans la vie quotidienne d’une famille qui, jusqu’alors, était trop à l’étroit.
Avec la RT 2012, la nouvelle réglementation thermique qui impose à toutes nouvelles constructions d’être basse consommation, le gouvernement montre clairement la voie sur laquelle le logement français, neuf et ancien, se dirige : une optimisation des performances thermiques pour une consommation en énergie réduite. L’extension ou la surélévation d’un bâtiment peut s’accompagner de la rénovation de l’existant (ITE, remplacement des menuiseries extérieures, installation d’une VMC double flux…). Cette rénovation permet ainsi de diminuer la facture en énergie, mais elle autorise aussi de « repenser » l’esthétique du bâtiment d’origine. Le travail d’un architecte devient alors un vrai atout. Qu’il s’agisse de performance énergétique ou d’architecture, l’extension-rénovation valorise durablement le bien immobilier.

La surélévation d’un immeuble en plein centre-ville peut être également un excellent investissement. La région parisienne connaît actuellement une demande croissante pour ce type de projets. Mais même si le coût de construction d’une surélévation bois reste attractif, elle reste souvent un vrai défi technique et logistique. L’intervention d’un bureau d’études bois et béton ou l’utilisation d’une grue pour mettre en place les éléments préfabriqués bois sont souvent nécessaires pour des interventions dans des zones difficiles d’accès et dans des délais restreints.

La société est spécialisé dans la construction bois sur-mesure à fortes contraintes architecturales, techniques ou logistiques. En faisant du matériau bois une technique moderne de construction, elle l’associe parfaitement aux autres matériaux et répond aux projets les plus exigeants.

Extension et sur233;l233;vation bois

0