Du 18 au 25 mai derniers avaient lieu à Épinal (88) la 7e édition des Défis du Bois. Des étudiants architectes et ingénieurs du monde entier ont dû réaliser des constructions techniques et artistiques en bois.
Le thème de cette année était : « un rayon pour chacun, un soleil pour tous ».

Pour cela, la dizaine d’équipes composées d’étudiants n’ayant jamais travaillé ensemble, a reçu les même outils et la même quantité volontairement limitée de matériaux.

Les ?uvres sont visibles jusqu’à fin août, carrière Collot.

Voici les résultats du concours :

1er prix : l’équipe « Au bout de chaque doigt, il y a un petit cerveau »
1er prix_BD
Prix de l’élégance : l’équipe « Au bout de la patience, il y a le ciel »

Prix de la finition ? Prix spécial Charpente 21 : l’équipe  « Celui qui pense droit, marche de travers »
prix de la finition prix charpente 21_BD
Prix de l’esthétique : l’équipe « Mieux voient quatre yeux que deux »

Prix de la structure ? Prix spécial Charpente Houot : l’équipe « La Terre n’a qu’un Soleil »
prix de la structure prix charpente houot_BD
Prix de l’expérimentation : l’équipe « Mieux vaut agir une fois avec les mains que de regarder mille fois avec les yeux »

Prix de la spatialité : l’équipe « Le plus grand arbre est né d’une graine menue. »

Prix de la rationalité ? Prix spécial SIAT BRAUN : l’équipe « Ne coupe pas les ficelles quand tu pourrais défaire les n?uds »

Prix de l’ingéniosité ? Prix spécial Arbonis : l’équipe « L’homme d’action est avant tout un poète »

Prix de l’équilibre : l’équipe « On bourre sa pipe avec le  tabac qu’on a. »

À lire également :
Les Défis du Bois 2012

Le cabinet d’architecture Djuric Tardio Architectes présente un concept de crèche éco-durable en bois. Il s’inspire du jeu de construction de planchettes en bois pour enfant.
Ce concept, nommé Smack, propose une crèche préfabriquée en bois et modulable.
Il est destiné à des crèches rurales de petites dimensions.

Grâce à leur modularité, elles s’adaptent en fonction de la capacité d’accueil et du lieu de construction et peuvent accueillir 12, 24 ou 36 enfants selon la mise en place des modules. Ces derniers peuvent être juxtaposés les uns aux autres ou placés en forme de L.

La crèche de base se compose de 3 modules :
– Un premier module comprenant un hall d’accueil et un bureau du personnel
– Un second module composé d’une cuisine et d’un patio
– Et un dernier module pouvant accueillir 12 enfants avec un espace de jeu, un espace sommeil et un espace change.

L’utilisation de planchettes en bois modulables permet de créer des espaces de rangement ou des tables à l’intérieur et des bancs à l’extérieur, directement intégrés à la structure.

Découvrez d’autres projets réalisés par Djuric Tardio Architectes sur www.djuric-tardio.com

De l’étude Les Français et le bois dans l’habitat réalisée par l’Ifop pour bois.com auprès d’un échantillon de 992 Français, il ressort que le bois jouit d’une image très positive. Les Français sont nombreux à en connaître les atouts, et beaucoup se disent prêts à y faire appel pour leurs travaux. C’est sans nul doute le résultat du travail de longue haleine, visant à mieux faire connaître le matériau bois, entrepris voilà plusieurs années par France Bois Forêt et le CNDB.


Le bois apparaît comme un matériau populaire auprès des Français qui en majorité l’intègreraient dans leurs projets de rénovation ou d’aménagement de leur logement
. S’ils devaient rénover, agrandir ou aménager l’extérieur de leur habitat, 65% des interviewés choisiraient d’utiliser du bois. Une personne sur cinq en est même tout à fait convaincue : si elle devait faire des travaux sur sa maison, elle aurait « certainement » recours au bois. A l’inverse, un peu plus d’un tiers des personnes interrogées (35%) ne l’utiliseraient pas, sans toutefois en être clairement certaine (27% estiment qu’elles n’y auront « probablement » pas recours).

Au sein de la population, les avis sur l’utilisation du bois convergent et peu de disparités apparaissent, que ce soit en termes d’âge, de sexe ou de catégories socio-professionnelles. Notons simplement une popularité encore plus forte du bois auprès des sympathisants d’Europe Ecologie – Les Verts : 82% utiliseraient ce matériau pour leur projet de travaux, dont 26% « certainement ».


Selon les Français, l’utilisation du bois à l’extérieur de la maison
(en façade, pour une extension, sur une terrasse ou pour un portail) offre de multiples avantages, mais ce sont principalement ses qualités esthétiques et écologiques qui séduisent : 89% des interviewés considèrent que le bois permet de respecter l’environnement (37% en sont même « tout à fait » convaincus) et 82% qu’il permet de profiter d’un habitat esthétique (33% « tout à fait »). Trois quart des personnes interrogées sont également persuadées que le bois améliore le confort d’une maison (77%), qu’il permet une construction rapide et solide et contribue à la création d’un habitat modulable (73%). En revanche, son attrait financier divise davantage : à peine plus de la moitié des interviewés (56%) estiment que le bois permet de dépenser moins.

D’une manière générale, les femmes, les jeunes de moins de 25 ans, les personnes habitants un milieu urbain ainsi que les sympathisants d’Europe Ecologie ? les Verts défendent plus fermement les avantages de l’utilisation du bois à l’extérieur de la maison.

Très majoritairement convaincus de l’efficacité du bois pour améliorer la performance énergétique d’un logement lorsqu’il est utilisé pour isoler par l’extérieur, les Français semblent toutefois rebutés par la complexité de cette solution. 82% des personnes interrogées considèrent que le bois constitue un moyen efficace pour isoler une maison. Mais parmi elles, la plupart qualifie ce projet de « compliqué à réaliser » (60%), tandis que 22% considèrent au contraire que cette solution est « facile à réaliser ». Enfin, 18% des interviewés montrent des réserves à l’égard de l’utilisation du bois pour améliorer les performances énergétiques d’un logement et estiment qu’elle est « peu efficace ».

Les personnes qui utiliseraient « certainement » le bois pour un projet de rénovation de leur logement comptent parmi les plus convaincues de son efficacité (96%) et estiment davantage que la mise en place de cette solution est plutôt simple (44%).

Sur les menuiseries extérieures de la maison (pour les portes, les fenêtres ou les volets), le bois présente l’avantage d’être à la fois esthétique (93%) et écologique (92%). Ces qualités sont largement reconnues par les Français : une personne sur deux juge ces qualificatifs « tout à fait » adaptés au bois (respectivement 49% et 50%). Pour une très grande majorité des personnes interrogées, le bois est également « source de confort ». Avec un peu plus de réserves, les Français le qualifient majoritairement de « durable dans le temps » (68%, dont 19% « tout à fait ») et « d’économique » (64%, dont 19% « tout à fait »). Ces réserves sont probablement liées à l’idée que le bois exige un entretien plutôt contraignant : 62% estiment que le bois n’est pas « facile à entretenir ».

Dans le détail, on note que les femmes et les personnes habitant un milieu urbain font systématiquement part de jugements plus positifs à l’égard du bois que les autres catégories de la population. Enfin, les personnes qui n’envisageraient pas d’utiliser le bois pour leurs projets de rénovation ou d’aménagement jugent davantage et majoritairement que ce matériau est difficile à entretenir (76%) et qu’il n’est pas durable dans le temps (50%), des spécificités qui contribuent à freiner leur recours au bois dans leurs travaux.

Visiblement sensibles aux préoccupations environnementales, les Français considèrent très majoritairement qu’il est important d’utiliser un bois certifié, issu de forêts gérées durablement, dans les projets d’aménagement extérieur en bois (81%). Pour un tiers d’entre eux, cette exigence est même « indispensable » (33%). Seuls 19% considèrent en revanche que cette préoccupation n’est pas justifiée : 18% estiment qu’il n’est pas préférable d’utiliser du bois certifié et 3% déclarent que cela ne revêt aucune importance.

Les sympathisants d’extrême gauche (50% estiment que c’est « absolument indispensable »), les jeunes de moins de 25 ans (46%), les personnes exerçant une profession intermédiaire (43%), les cadres supérieurs (41%) et les sympathisants d’Europe Ecologie ? Les Verts (40%) comptent parmi les Français les plus convaincus par la démarche d’utilisation d’un bois certifié. Les plus sceptiques se recrutent quant à eux davantage parmi les habitants du sud ouest (27%) et les retraités (23%).


Retrouvez également :

– les chiffres du BBC en mars 2012, cliquez ici.
– l’étude sur la construction bois en France et ses perspectives à l’horizon 2020, cliquez ici.

Ce point de la filière bois Nord Pas de Calais tente de refléter l’état d’esprit des entrepreneurs de la filière bois lors de rencontres entreprise avec Nord Picardie Bois.

Manque de visibilité pour les menuiseries bois

Les menuiseries bois ont eu très peu de visibilité sur le 1er trimestre 2012 avec une perspective de commandes réduite, notamment pour le marché des particuliers.

Cette tendance pourrait s’expliquer par l’effet pervers de la crise qui pousse à la morosité et crée un état de latence vis-à-vis des projets de construction.

Un retard de concrétisation d’offres de prix datant de plusieurs mois a pu se faire sentir en ce début 2012. La grande majorité des artisans souffrent du manque de commandes alors que d’autres ont pu vivre une surcharge de travail très ponctuelle. Le manque de travail est important pour les menuiseries de taille modeste. Cette baisse d’activité ponctuelle a une répercussion sur les trésoreries des entreprises, avec pour conséquence un coup d’arrêt pour les embauches, voire des licenciements économiques.

La crise économique a donc pesé en ce début d’année 2012, couplée à la perspective des élections présidentielles et législatives.

Le manque de visibilité constitue un gros frein pour l’investissement des ateliers de production. Morosité du secteur confirmée avec le salon Expobois qui s’est tenu en février à Villepinte, où seulement 53% des visiteurs ont affirmé avoir un projet d’investissement à moins d’un an. La tendance à la baisse des commandes de machines sur le quatrième trimestre 2011 reflète l’incertitude des entreprises de la filière bois.

Un marché tendu pour les constructeurs bois

Les constructeurs bois ont constaté des prix de construction de plus en plus tirés vers le bas en ce premier trimestre 2012 avec une activité juste suffisante.

La tendance aux prix toujours plus comprimés amène à se poser la question de l’efficacité et de la qualité des travaux de construction. Les entreprises sont poussées à finir au plus tôt leur chantier par souci de rentabilité économique.

Une bonne efficacité des travaux de performance énergétique devra passer par une meilleure valorisation des prix de la construction et la prise en compte du temps voué à la mise en commun des informations entre les intervenants de la construction.

Concernant le développement de l’utilisation des bois locaux, certains constructeurs ont bien intégré qu’ils peuvent représenter un marché pour leur entreprise. Leur utilisation est toutefois conditionnée par la caractérisation des produits : dénomination, longueur, section et prix stable sur une période déterminée (6 mois à 1 an). Des produits normalisés sont aussi attendus des constructeurs bois.

L’extension bois semble tirer son épingle du jeu avec des demandes constantes de la part des particuliers qui songent désormais plus facilement à agrandir leur surface d’habitation plutôt qu’à faire construire un nouveau logement. Cette tendance peut aussi être corrélée avec la baisse des permis de construire en ce début 2012.

Les bureaux d’études restent quant à eux prudents vis-à-vis de la conjoncture avec une baisse sensible des projets de la part des maitres d’?uvres en cette fin de premier semestre 2012.

Perspectives envisagées

Le 1er trimestre 2012 a été particulièrement difficile pour les architectes avec peu de projets. Cette conjoncture risque d’atteindre avant la fin d’année 2012 les  professionnels de la construction bois puis tous les acteurs de la 2nde transformation. Cette tendance pourrait aussi s’expliquer par le contexte électoral de ce début d’année 2012, notamment pour les marchés publics.

Les particuliers sont quant à eux frileux devant l’investissement pour leurs travaux de réhabilitation et hésitent à franchir le pas.

Les menuiseries de taille plus conséquente voient une mutation dans les demandes avec une part de chiffre d’affaires dans le neuf de plus en plus importante, preuve que le bois commence à prendre une place à part entière dans les mentalités.
Les professionnels de la filière bois comptent sur le deuxième semestre de l’année 2012 pour voir repartir la consommation après les périodes électorales.

Contact : Audrey MARTIN audrey.martin@nord-picardie-bois.com

En amont des élections présidentielles, les acteurs de la filière Aquitaine (exprimant le point de vue de Xylofutur*) souhaitent attirer l’attention des candidats à la Présidence de la République sur la nécessité d’une relance de l’ensemble de la filière Forêt-Bois.
Et pourtant, le contexte n’a jamais été aussi favorable :
– La filière amont est indélocalisable.
– La France apparaît par sa superficie forestière comme une grande puissance européenne.
– Les usages du bois vont se développer (bois de structure, de décoration pour la construction, bois d’emballage, papier, panneaux).
– Le dynamisme de la recherche française dans le domaine forestier.

En conséquence, Xylofutur préconise :
l’innovation au service de l’économie : elle sera bénéfique pour la filière si, et si seulement, un flux de transfert d’idées et d’hommes entre l’industrie, la recherche et la formation, dans tous les domaines de la connaissance, est établi de façon pérenne.

un pôle de cohérence forêt-bois : on préconise la mise en place d’un Pôle Forêt-Bois multi échelle chargé de mettre en cohérence toutes les initiatives (nationales, régionales, territoriales), selon la démarche « agir local, penser global ».

renforcer le tissu économique

  • Réaffirmer le rôle essentiel de la forêt de production qui peut être gérée et cultivée sans atteinte à sa durabilité.
  • Développer de nouveaux modèles de contractualisation avec notamment des engagements à plus long terme pour mieux motiver les sylviculteurs.
  • Penser la re-création du tissu industriel en favorisant l’émergence de grappes durables de PME complémentaires en charge des circuits courts, en harmonie avec le développement des grands groupes.
  • Créer des liens plus forts entre recherche et acteurs économiques, formation et acteurs économiques.

un financement à la hauteur des enjeux : on envisage un fonds unique d’aide de l’état aux sylviculteurs, aux industriels, pour financer l’innovation et les investissements qui l’accompagnent, pour soutenir les laboratoires et formations qui s’impliquent dans la démarche proposée.

Plus d’infos :
Pôle de Compétitivité Xylofutur – 1, Cours du Général de Gaulle ? 33170 Gradignan
Tél. 09 50 85 74 58 – pierre.morlier@xylofutur.fr
www.xylofutur.fr

* Le Pôle de Compétitivité Xylofutur a pour mission principale de faire émerger des projets innovants au profit de la filière forêt-bois-papier d’Aquitaine. Il a été créé en 2005 à l’initiative de la FIBA et du partenariat  CAPFOREST et a obtenu le renouvellement de sa labellisation pour la période 2009-2011. Il est soutenu par l’État, le Conseil Régional d’Aquitaine et les Conseils Généraux d’Aquitaine.

Adream est un concours européen d’architecture et de design en matériaux écologiques et renouvelables. Son objectif est de soutenir et de promouvoir de nouvelles applications des matériaux écologiques et renouvelables dans l’architecture et le design. Le concours est doté de 30 000 euros en prix financiers et de 50 000 euros en bourses d’aide au prototypage.

Les étudiants et les professionnels sont donc invités à participer en soumettant des projets d’architecture et de design créatifs, innovants et révélateurs de nouvelles applications des matériaux renouvelables et écologiques. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 31 juillet 2012 sur le site : www.adream2012.eu/fr

Les projets proposés devront prendre en considération les aspects techniques, culturels et sociaux du développement durable : cycles de vie, valeur d’usage, confort et esthétisme.
Deux catégories sont proposées :
–  Architecture. Les projets devront concerner tout ou parties de bâtiments et envisager une application effective pour les domaines de la construction ou de l’urbanisme.
Design. Les projets  devront combiner créativité, esthétisme et utilisation pertinente des matériaux et envisager une production commerciale. Les candidats sont encouragés à proposer des concepts intégrant des sources d’énergie renouvelable, tenant compte des cycles de vie des matériaux et respectant et /ou optimisant le développement durable par l’utilisation de matériaux organiques.

Les projets adream seront présentés au moyen d’une exposition itinérante. Elle sera largement diffusée en Europe et sera publiée dans la presse spécialisée et sur Internet.

Le concours adream a été créé à l’initiative de la Région Picardie et de l’État Libre de Thuringe en Allemagne.

Plus de renseignements :
www.adream2012.eu/fr

0