Si vous n’êtes pas encore équipé d’un système fixe de climatisation, telle une pompe à chaleur réversible, et que vous avez aujourd’hui un système de rafraichissement mobile, l’association Promotelec, dont la mission est de promouvoir les usages durables de l’électricité dans le bâtiment résidentiel et le petit tertiaire, vous donne ses conseils pour passer un été au frais et en sécurité, tout en allégeant sa facture.

1. Comment préserver naturellement une température ambiante agréable chez soi ?
Sans climatiseur ou ventilateur, il est possible de faire baisser la température intérieure naturellement et simplement en suivant ces quelques conseils de l’association Promotelec :
Baisser les stores ou volets, fermer les portes et fenêtres, durant les heures les plus chaudes de la journée. Pour bénéficier de la fraicheur en fin de journée, il est conseillé d’ouvrir les fenêtres et les volets le soir.

L’astuce : installer des volets roulants et stores automatisés. Le principe est simple : lorsque le soleil tape sur la vitre, un capteur d’ensoleillement commande la descente des volets roulants. Et à la tombée de la nuit, il suffit d’ouvrir d’un seul geste tous les volets roulants en position lames ajourées pour laisser entrer l’air frais et ainsi rafraîchir la maison. Par ce biais, il est possible de réduire la température intérieure de 9°C, de manière naturelle, sans avoir recours à la climatisation.
Mettre des végétaux contre la paroi extérieure exposée Sud ou Ouest limite aussi naturellement la pénétration de la chaleur à l’intérieur de la maison. En prenant soin de se protéger ainsi des rayons du soleil, chacun peut faire des économies sur sa facture d’énergie tout en préservant l’environnement.

2.  Comment optimiser la performance de ses climatiseurs ou ventilateurs d’appoint ?
Si vous n’êtes pas encore convaincu par l’intérêt de faire installer un système de climatisation fixe, avant d’envisager l’achat d’un climatiseur ou d’un ventilateur mobile, veillez à bien isoler la pièce dans laquelle vous envisagez d’installer l’appareil afin de rafraîchir un volume plus restreint, ce qui vous permettra en plus de faire des économies d’énergie.
Pour assurer une performance optimisée de ces appareils climatiques, il est vivement conseillé de les placer contre le mur qui donne sur l’extérieur (orientation Sud ou Ouest de préférence) car la radiation solaire est plus importante à cet endroit. Cette orientation permet au jet d’air de balayer la surface vitrée (partie la plus chaude), et ainsi de maximiser le rafraîchissement de la pièce.
Enfin, il est important de bien nettoyer la machine lorsque cela devient nécessaire, tout en prenant garde de bien entretenir les filtres que vous devrez changer une fois usés.

Le saviez-vous ? Certains climatiseurs d’appoint assèchent trop l’air. Pour éviter ce désagrément, un récipient rempli d’eau dans la pièce où il se trouve permettra d’augmenter légèrement le taux d’humidité. En effet, le corps résiste mieux à la chaleur si le taux d’humidité se situe autour de 45% plutôt que de 60%. Par exemple, pour une température intérieure de 28°C, avec un taux d’humidité de 60%, on peut ressentir un net inconfort, tandis que la même température avec un taux d’humidité de 40%, peut être plus supportable.

3. Comment bien choisir ses matériaux et composants électriques ? Avant de faire vos achats, mieux vaut apprendre à distinguer les produits électriques dangereux des produits certifiés. Cette étape peut s’avérer plus compliquée que prévu : tous ces produits ont plus ou moins la même apparence. Pour éviter de se faire piéger, il est nécessaire de savoir reconnaître :
Les contrefaçons réalisées avec des matériaux et des composants de moins bonne qualité que les produits conformes, ce qui peut parfois se percevoir.
Les produits de mauvaise qualité, par exemple en provenance de pays où les règles de sécurité sont moins strictes. Certains réseaux de revendeurs parallèles peu scrupuleux y  apposent les logos et sigles non vérifiés.
Pour ne pas se tromper, l’association Promotelec recommande de privilégier :
Les produits de la marque NF. Cette marque est un gage de haute qualité. Elle assure que le produit est conforme aux différentes normes en vigueur, françaises, européennes et internationales.

Le saviez-vous ?
Contrairement aux idées reçues, le marquage CE ne peut être considéré comme un gage de sécurité. En effet, il assure seulement la libre circulation des produits dans les pays de l’union européenne.

Quelques précautions pour éviter des achats à risques :
– Se méfier des produits dont le prix se situe nettement en dessous des prix courants du marché ;
– Ne pas payer en liquide les équipements électroménagers et demander une facture ;
– Vérifier les conditions de garantie et de service après-vente ;
– Vérifier la présence d’une notice (sans fautes d’orthographe) ;
– Eviter d’acheter des produits de marques inconnues et à bas prix sur internet, ou dans des boutiques non spécialisées ;
– Privilégier en règle générale l’achat de produits de marques reconnues et qui vous sont familières.

Vous souhaitez faire construire ou réaliser des travaux dans votre logement ? Profitez-en pour faire installer un système de climatisation fixe, telle une pompe à chaleur réversible ! Moins énergivore et plus efficace, elle assure un confort optimal en toutes saisons.
Renseignez-vous sur www.promotelec.com


 

« Cabane nouvelle génération, L’Ermitage est situé à Braux dans les Alpes-de-Haute-Provence. »

 

Après les cabanes dans les arbres et les cabanes flottantes que vous pouvez découvrir dans le numéro d’Éco Maison Bois en ce moment en kiosques, il existe d’autres cabanes, peut-être encore plus atypiques : les huttes !
Pour ceux qui ne souhaitent pas quitter le plancher des vaches, l’hébergement en bois sait aussi jouer l’exotisme avec le concept de hutte. Plus petit qu’un chalet mais plus chaleureux qu’un mobile home, ces cabanes en bois n’ont rien de standard. Les jeux architecturaux qui les animent vont de l’inspiration ethnique (îles du Pacifique, datcha russe, yourte mongole?) à celle de populations mythiques comme les elfes des bois. Certaines, comme le Pod Nature sis dans le Gard, ressembleraient même plus à des toiles de tente qu’à des habitations en bois. Que dire également de l’Ermitage, une cabane de bois, de paille, de pierre et de guingois dont l’allure rappelle les ?uvres de Gaudi. Mais rien à voir avec Barcelone, Cette hutte est nichée dans les Alpes de Haute-Provence. Question confort, c’est comme l’architecture. Cela va des huttes qui offrent la plus grande rusticité ? de nombreux visiteurs la recherche ? à l’abri doté de l’équipement moderne le plus complet. De quoi satisfaire tous les types de visiteur.

Retrouvez l’article sur les cabanes en bois en commandant le numéro 11 du magazine Eco Maison Bois ici

 

Après les cabanes dans les arbres et les cabanes flottantes que vous pouvez découvrir dans le numéro d’Éco Maison Bois en ce moment en kiosques, il existe d’autres cabanes, peut-être encore plus atypiques : les huttes !

 

Pour ceux qui ne souhaitent pas quitter le plancher des vaches, l’hébergement en bois sait aussi jouer l’exotisme avec le concept de hutte. Plus petit qu’un chalet mais plus chaleureux qu’un mobile home, ces cabanes en bois n’ont rien de standard. Les jeux architecturaux qui les animent vont de l’inspiration ethnique (îles du Pacifique, datcha russe, yourte mongole?) à celle de populations mythiques comme les elfes des bois. Certaines, comme le Pod Nature sis dans le Gard, ressembleraient même plus à des toiles de tente qu’à des habitations en bois. Que dire également de l’Ermitage, une cabane de bois, de paille, de pierre et de guingois dont l’allure rappelle les ?uvres de Gaudi. Mais rien à voir avec Barcelone, cette hutte est nichée dans les Alpes de Haute-Provence. Question confort, c’est comme l’architecture. Cela va des huttes qui offrent la plus grande rusticité ? de nombreux visiteurs la recherche ? à l’abri doté de l’équipement moderne le plus complet. De quoi satisfaire tous les types de visiteur.



FONDIS élargit son offre avec les poêles WODTKE
Une association à ravir les flammes !
L’attrait pour le poêle à bois est incontestable. La percée du poêle à pellet est imminente. Naturellement, FONDIS a choisi d’étendre sa dynamique à ces secteurs. Ainsi en 2011, l’entreprise alsacienne s’associe au fabricant allemand WODTKE et devient le distributeur exclusif en France d’une gamme évolutive et innovante de poêles à bois et à pellet. FONDIS propose à ce jour 9 produits de haute qualité, assurant un chauffage optimal et pauvre en rejets polluants. En effet, Ces appareils  sont conçus et fabriqués dans une logique responsable et durable.
A découvrir sur www.fondis.com



Les professionnels de la société Qualiconfort, en partenariat avec les industriels Dörken et Knauff Insulation, ont réalisé l’isolation d’une maison ossature bois située à Montgermont (35), en Supafil Cavity Wall 0,034, une laine minérale issue du recyclage de verre concassés.
Pourquoi isoler une maison ossature bois en Supafil Cavity Wall 0,034?
Cet isolant est issu du recyclage de bouteilles de verre et de pare brise concassés, il bénéficie par ailleurs d’un Avis Technique validé par le C.S.T.B. Il a été conjointement élaboré par l’industriel Knauf Insulation et la société Qualiconfort.
Les principaux avantages de la Cavity Wall :-  Cet isolant est écologique : à base de bouteille de verre et pare brise concassé
– Conductivité thermique : Lambda 0, 034 – (exemple isolant 145mm R=4,26)
– Classement au feu A1 (anciennement M0)
– 35 KG /M3 (densité appliquée)
– L’isolant est perspirant : il laisse migrer la vapeur d’eau et supprime les problèmes de points de rosée (m=1)
– Affaiblissement acoustique performant
– Hydrofuge, ne craint pas les rongeurs
© Eric Basquin  www.quoi2neuf.net

[/caption]C’est au total plus de 470 m2 qui ont bénéficié d’une isolation thermo-acoustique par insufflation (plancher bois, doublages périphériques, rampants de toiture).

[caption  « La mise en place dun frein vapeur »]Cette technique d’isolation innovante a nécessité la mise en oeuvre parfaite d’un frein vapeur performant et adapté afin d’obtenir une étanchéité à l’air optimale du bâti.

[caption  « Vue panoramique du chantier »]

Une fois le bâtiment hors d’eau et hors d’air, l’isolation a consisté à insuffler l’isolant derrière le pare-vapeur avant la pose de la plaque de plâtre.
Le choix de l’isolant Supafil Cavity Wall 0,034 a permis de répondre aux différentes problématiques, à savoir : thermique, acoustique, étanchéité à l’air, protection incendie
INSUFFLATION : Consiste à injecter pneumatiquement sous pression et à sec (sans liants) des fibres isolantes dans un caisson fermé, tel des planchers, des murs ou des caissons de toiture…(cf www.qualiconfort.com rubrique « Technique de poses »)

« Gros plan sur la laine minérale insufflée – 35 KG /M3 (tassement

Ce système permet d’assurer, en une seule opération, une isolation renforcée, écologique et une parfaite étanchéité à l’air du bâti.

Un soin tout particulier a été apporté à la mise en ?uvre des matériaux afin d’assurer une étanchéité à l’air parfaite du bâti.

Les travaux d’isolation réalisés :
– Isolation thermo-acoustique du plancher bois par insufflation de fibres minérales nouvelle génération « Supafil loft 045 »
– Isolation thermo-acoustique des doublages périphériques par insufflation de fibres minérales nouvelle génération 3Supafil Cavity Wall 034 »
– Isolation thermo-acoustique des caissons de toiture par insufflation de fibres minérales nouvelle génération « SUPAFIL CAVITY WALL 034 »
– C’est au total plus de 470 m2 qui ont été isolés


La 2e édition du concours des Trophées de l’architecture Vivons Bois est maintenant lancée ! Le concours des Trophées de l’architecture Vivons Bois a pour but de promouvoir des réalisations bois portées par des architectes de toute la France. Tous les architectes peuvent participer.

Vous trouverez en téléchargement le règlement et le dossier de candidature à retourner avant le 12 août 2011.


3 catégories :

  1. – maison individuelle,
  2. – extension/surélévation,
  3. – habitat groupé/habitat collectif.

Toutes les candidatures seront :

  1. – éditées dans un livre numérique diffusé gratuitement via Internet ;
  2. – présentées lors du salon Vivons Bois ;
  3. – diffusée dans la presse.

3 dotations (une par catégorie) :

  • – un week-end (deux nuits) pour deux personnes avec petit déjeuner à l’hôtel Régent, grand hôtel 5 étoiles de Bordeaux, avec accès au spa ;
    www.ghbordeaux.com
  • – un week-end (deux nuits) pour deux personnes avec petit déjeuner à l’hôtel 4 étoiles Golf du Médoc Hôtel et Spa (dans le Médoc) avec visite et dégustation d’un grand cru classé, et accès au spa.
    www.hotel-golf-du-medoc.com
  • – un week-end (deux nuits) pour deux personnes avec petit déjeuner en hôtel 4 étoiles dans la station de ski espagnole Baqueira Beret + remontées mécaniques ;
    www.baqueira.es

Le palmarès 2011 du concours sera révélé lors du salon Vivons Bois à Bordeaux (du 04 au 07 novembre 2011) et sera diffusé dans la presse.

Bonne chance à tous !

WoodGuard® Color Professionnel fabriqué en France par Guard Industrie vient d’être testé et approuvé par le FCBA (Institut technologique Forêt, Cellulose, Bois-Construction, Ameublement) qui fait référence en Europe.
Il a été appliqué à la brosse en deux couches sur support Sapin Epicéa, et testé selon la norme NF EN 927-6. Après 4032 heures de tests de vieillissement artificiel, le FCBA a constaté qu’il ne farine pas, ne cloque pas, ne craquèle pas, ne s’écaille pas et que la variation de couleur du bois est limitée. Le bois n’a ni blanchi ni grisaillé et s’est légèrement assombri.
Il s’affirme ainsi comme la solution la plus efficace du marché pour la finition et la décoration du bois.
Une protection totale et durable du bois
C’est un produit très innovant constitué de résines fluorées d’acryliques et de pigments minéraux en solution aqueuse. Il est destiné à protéger le bois du vieillissement, des UV, de l’eau, des taches et de la pollution.
Il possède une durabilité exceptionnelle de plus de 4032 heures (soit plus de 10 ans) ce qui justifie le fait qu’il soit assorti d’une garantie de 10 ans donnée par la compagnie d’assurance AXA à tous les Applicateurs et Industriels Agréés formés par Guard Industrie.
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
C’ est un produit écologique respectueux de l’Homme et de l’Environnement. Il est formulé en phase aqueuse, sans solvants pétroliers et biodégradable à 90%.

www.guardindustrie.com

 

Retrouvez aussi :
Protection des bois extérieurs
Un nouveau traitement pour le parquet bois de votre maison
Un anti-mousse pour votre maison bois

À 1 200 m d’altitude, la maison est implantée sur le versant ensoleillé de la haute vallée du Champsaur. Le terrain est très en pente, mais il offre une vue remarquable sur les sommets alentour dont certains culminent à 2 500 m. Le projet d’habitation est confié à l’architecte Romuald Marlin. Depuis plus de 29 ans, ce spécialiste de la maison bois, bioclimatique et économe en énergie, compose avec le territoire des Hautes-Alpes.

 

auteur : Laurence Reudes – photos : Patrick Blanc

Christian et Dominique ont découvert la région, il y a plusieurs années. À l’aube de leur retraite, ces Parisiens ont tourné le dos à la capitale pour s’installer au plus près de la nature, dans un environnement à la fois rude et majestueux. Leur maison, ils l’ont voulue respectueuse de cette nature, insérée dans le paysage. Leur démarche les a menés vers une construction bois, tout naturellement.
L’étude de terrain met au jour une moraine glacière. Une configuration qui nécessite d’asseoir l’habitation sur un radier, puis de couler un coffrage de béton afin d’affranchir la maison de la pente à 15 %. Ce sous-sol, de 90 m2 de surface, va se révéler bien pratique pour abriter garage, atelier technique et silo à pellets. La structure du volume habité est en bois d’épicéa et lamellé-collé de douglas (issu du centre de la France), et revêtue d’un bardage de mélèze. Elle repose sur la dalle béton/couvercle du coffrage et se poursuit, en rez-de-chaussée, par une terrasse de mélèze sur pilotis fondés.
De forme rectangulaire au nord avec une belle longueur de 12,60 m sur deux largeurs de 6,10 m, l’habitation gagne en originalité sur la façade sud, avec une longueur aux angles brisés. Ainsi, comme ramassée sur elle-même, plus compacte, la maison gagne en efficacité thermique.
La fibre de bois croisée dans les murs peut être décomposée en 1 couche de fibre souple par-dessus laquelle sont posés des panneaux de fibre. Comme il n’est pas possible de peindre ou de coller du papier peint dessus, les panneaux ont été recouverts d’un enduit en pigments d’argile traité mêlé à de la paille. D’où un confort supplémentaire et une esthétique très réussie aux yeux des propriétaires. Le plafond en épicéa sert, à l’étage, de support à une chape allégée sur lequel est posé un parquet flottant.

 

À l’étage, côté bureau/espace de loisirs, une porte-fenêtre équipée d’un garde-corps en barreaux de bois, et épaulée de fenêtres trapèze fixes, plonge la pièce dans la lumière, et dans le paysage.

Dans cette chambre de 22 m2 sous les toits, la lumière pénètre de partout.

Au rez-de-chaussée, la cuisine orientée à l’est se prolonge par une pièce à vivre de beau volume (43 m2). À l’ouest, derrière une cloison de rangements, la chambre du couple jouxte une salle d’eau de 7 m2. L’étage est réparti entre deux chambres avec salle de bains et sanitaire et un bureau spacieux. Originalité due à la forme de la toiture à facettes et pans coupés : toutes les pièces sont des triangles plus ou moins parfaits. « L’eau chaude est fournie par un chauffe-eau solaire individuel dont les deux capteurs sont installés, au sud, au pied de la maison. »

L’architecte a joué sur l’exploitation naturelle des rayons du soleil comme source de lumière et comme apport de chaleur : c’est ainsi qu’il a installé tout un pan de baies vitrées sur la façade sud, et derrière la baie centrale la plus longue, un mur capteur en trois parties. Composés de moellons en aggloméré de ciment remplis de béton de chaux, d’une lame de quelques centimètres d’air et du triple vitrage à faible émissivité de la baie vitrée, ces murs de 30 cm d’épaisseur sur 1,20 m de hauteur emmagasinent la chaleur solaire pendant la journée puis la restituent en soirée, lors du déphasage. Les propriétaires ont choisi d’y associer une chaudière à pellets. Elle alimente les radiateurs à eau placés dans le plancher de l’étage (résultat : des économies substancielles car elle assure le chauffage de la maison + le complément eau chaude sanitaire quand il n’y a pas assez de soleil pour le prix d’une tonne de pellets par an, soit 213 euros). En été, des avant-toits et des brise-soleil, recouverts d’une végétation à feuilles caduques, apportent ombre et fraîcheur aux terrasses gorgées de soleil.
Toutes les ouvertures sont en triple vitrage. Associées à l’isolation en fibre de bois avec 250 mm en couches croisées dans les murs, et 400 mm de la même manière sous toiture, elles offrent un confort thermique particulièrement agréable.
Au terme des trois premières années d’occupation des lieux, l’habitation s’est révélée particulièrement économe en énergie en ne consommant pas plus de 40 kWh/m2 par an.

Retrouvez  aussi :
La maison bois de Carole & Frédéric
Une maison bois à l’américaine
Une maison bretonne en bois



Les forestiers privés adressent 1 000 arbres aux parlementaires

Paris, le 22 juin 2011La Fédération des Forestiers Privés de France a remis ce matin, 1000 plants de chêne aux parlementaires, au Premier ministre ainsi qu’aux membres du gouvernement concernés. En cette « année internationale des forêts », cette opération baptisée « L’arbre qui montre la forêt » vise à sensibiliser les décideurs et l’opinion à l’avenir menacé de la forêt française, et à celui de la filière bois qui représente plus d’emplois que le secteur automobile.

Chaque parlementaire a reçu ce matin un jeune plant de chêne accompagné d’un message de la Fédération des Forestiers Privés. Henri PLAUCHE GILLON, son président, les invite à planter cet arbre, symbole de leur soutien aux forestiers privés, comme l’a fait le Président de la République lors de sa visite auprès de la filière forêt-bois à Egletons, en Corrèze, le 28 avril dernier. Au-delà de cet acte symbolique, les forestiers privés veulent alerter et mobiliser les décideurs : la forêt française ne se renouvelle plus, et les engagements d’aujourd’hui conditionneront la forêt de demain.

La forêt française ne se renouvelle plus

Les 3,5 millions de propriétaires forestiers privés qui gèrent 75% de la forêt française ne sont pas en capacité d’investir massivement pour replanter et gérer durablement la ressource, car les cours des bois stagnent. Planter, protéger, entretenir une plantation, créer et entretenir des voies d’accès, représentent des investissements importants à très long terme, pour une rentabilité sur 25 ans qui s’établit en moyenne annuelle à 1,2%, soit moins que l’inflation. Or, seuls 20% des forestiers interrogés estiment tirer des revenus de leur forêt*.

Une ressource sous exploitée

On ne récolte que 60% de l’accroissement naturel des forêts chaque année. Les 40% restant vieillissent sur pied et se fragilisent. Les revenus obtenus ne permettent pas une récolte pourtant nécessaire. L’ensemble de la filière bois s’en trouve pénalisé, et la balance commerciale française des produits issus du bois est aujourd’hui déficitaire de 6 milliards d’euros.

www.foretpriveefrancaise.com

Retrouvez aussi :
Menaces sur la forêt française
Les sombres perspectives pour la filière bois en 2030
Assises de la forêt bretonne

Le plus haut chantier d’Europe pour le nouveau refuge du Goûter reprend début Juin.
Perché à 3 835 m d’altitude sur la voie d’accès au Mont Blanc, le nouveau refuge du Goûter est un bâtiment écologique, technologique avec une autonomie optimale. Il appartient à une nouvelle génération de bâtiments intégrant des technologies énergétiques de pointe (capteurs solaires, photovoltaïques et thermiques, fondoir à neige, traitement des eaux usées…) et des cibles de haute qualité environnementales (HQE) pour assurer une parfaite autonomie énergétique. Son architecture ovoïde surprenante est conçue pour s’intégrer sur un plan esthétique et technique à toutes les contraintes climatiques d’un environnement où les vents moyens avoisinent les 240 km/h. Ce refuge unique au monde ouvrira ses portes en juillet 2012.
Suspendu depuis le 13 octobre 2010, en raison des conditions climatiques hivernales, le chantier du nouveau Refuge du Goûter va reprendre le 4 juin prochain, dés que la phase de déneigement aura été réalisée. De juin à octobre 2011, les équipes auront pour mission de construire les quatre niveaux de la structure bois, préparée en vallée chez les charpentiers, poser l’enveloppe et la vêture inox afin de mettre le bâtiment hors d’eau et hors d’air. Le timing est très précis car un tel chantier à 3 835 m d’altitude impose des contraintes de temps et de météo.
Raymond Courtial, Vice-Président à la FFCAM (CAF) en charge du patrimoine bâti et du projet : « Sur un tel chantier comme en montagne en général, il faut apprendre à être humble : tenir compte des aléas climatiques, résister au froid avec des -15°C certains matins, aux rafales de vent qui peuvent dépasser les 250 km/h, ainsi qu’à la neige qui nous ralentit».

Calendrier du chantier.

23 Mai : déneigement du chantier
15 Juin : pose des premiers éléments bois puis de la vêture inox.
4 Juin : réouverture du chantier.
Fin Octobre 2011 : bâtiment hors d’eau, hors d’air.

Ce chantier exceptionnel par sa situation, son altitude et par la nature du bâtiment représente un investissement de plus de 6,5 millions d’euros financés en grande partie par le CAF.
Le nouveau refuge du Goûter est avant tout au service de l’alpinisme pour accueillir au mieux les alpinistes du monde entier. Il offre à chacun une idée positive et valorisante de la montagne et de l’alpinisme. Ses qualités environnementales exceptionnelles sont la première étape d’une réflexion pour préserver la montagne et qui engagent tous les acteurs : amateurs, professionnels, communes et collectivités du massif du Mont Blanc.
Le Club Alpin Français a pour mission d’intérêt général, l’entretien et la gestion de plus de 100 refuges en France. Chaque année, les refuges du Club Alpin français hébergent ou accueillent plus de 1 million de personnes. Le Club alpin français, fort de ses 82 000 adhérents et de ses 290 Clubs répartis dans toute la France, a aussi pour mission de favoriser la découverte et la pratique de la montagne pour tous les publics et en particulier pour les jeunes.

www.refugedugouter.fr

Retrouvez aussi :
Mont-Blanc : refuge structure bois pour 2012


Le poêle à accumulation est un âtre fabriqué en céramique ou en pierre naturelle. L’énergie ou la chaleur dégagée par la combustion du bois est absorbée par le noyau d’accumulation en céramique. Après la combustion du bois, ce noyau – dans sa fonction d’échangeur de chaleur – restitue pendant une période prolongée à l’environnement l’énergie accumulée par sa surface sous la forme d’une chaleur rayonnante bien dosée.

Les poêles à accumulation doivent être conformes selon la norme très stricte DIN EN 15250. Par définition, un poêle à feu continu n’est pas un poêle à accumulation.

Grâce à un système de combustion descendante et un accumulateur de chaleur en céramique à haut rendement, les poêles à accumulateur Tonwerk n’ont besoin d’être alimentés qu’avec une seule fournée de bois pour ensuite libérer toute sa puissance, vous évitant ainsi de l’alimenter constamment.

www.tonwerk-ag.com

Retrouvez aussi :
Un poêle cheminée pour votre maison bois
Un poêle bois virtuel dans votre maison
Nouveaux poêles à bois chez Invicta

0